"Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" - Paul Eluard

La citation du dimanche [n°225] Pascal Boniface #LePen #FN

"Jean-Marie Le Pen était antisémite, Marine est islamophobe, il n'y a pas rupture mais continuum. On ressort aujourd'hui, sur les Musulmans, le même type d'arguments que l'on réservait aux Juifs dans les années 30. 

Ils ne sont pas comme nous, ils font peser un danger sur la République. Ils ont un plan secret pour imposer leur loi. Leur religion est incompatible avec notre société. Ils ne seront jamais français et resteront étrangers, et ce, quelle que soit la mention figurant sur leurs passeports. 

Dans les années 30, même s'il en avait la nationalité, un Juif n'était pas considéré comme tout à fait français. Aujourd'hui, cet argument est servi pour les Musulmans."

Pascal Boniface
Le 12 décembre 2010
Partage:

12 commentaires:

  1. Pas du tout d'accord. on ne peut pas comparer le rejet de l'Islam avec le rejet d'une population. Il y a une critique qui porte sur le religieux et non sur les personnes;Ce n'est pas la même chose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? Bien étrange propos en réalité le rejet de l'autre a dans un cas comme dans l'autre pour origine la religion.

      Supprimer
    2. Le rejet de l'Islam ? Mais l'Islam est plus q'une religion, c'est une idéologie. Comme l'était le nazisme. Comment peut-on mettre en parallêle antisémitisme, qui est purement du racisme et le refus de l'Islam (comme on peut refuser le Marxisme) ? C'est une insulte au peuple Juif. On doit à l'Islam, les lapidations, les meurtres de Chrétiens, des homosexuels etc. etc. La liste est trop longue. Et qu'on ne vienne pas dire "ça n'a rien à voir avec l'islam" car tout est écrit noir sur blanc dans le Coran ou les Hadiths. Celui qui tient ce genre de propos n'a manifestement JAMAIS étudié l'Islam. L'antisémitisme est odieux et contraire aux valeurs humaines, la critique d'une religion est démocratique et le refus d'une idéologie fascisante est sain. Malheureusesement on a laissé le FN s'engouffrer dans cette critique comme on l'a(vait) laissé s'emparer du drapeau tricolore.

      Supprimer
  2. Dés les années 70, Edward W. Saïd avait écrit dans "l'Orientalisme": "...Mais après la guerre de 1973, les Arabes ont partout paru plus menaçants. On rencontre constamment des dessins humoristiques représentant un cheikh arabe debout à côté d'une pompe à essence. Pourtant, ces Arabes sont clairement des "Sémites" : leur nez nettement crochu, leur mauvais sourire moustachu rappellent à l'évidence (à des gens qui, dans l'ensemble, ne sont pas sémites) que les "Sémites" sont à l'origine de toutes "nos" difficultés, qui, dans le cas présent, consistent dans la pénurie de pétrole. L'animosité antisémite populaire est passée en douceur du juif à l'Arabe, puisque l'image est presque la même."
    On peut lire le chapitre complet (Images populaires et représentations scientifiques)sur:http://blog.decouvrirlislam.net/Home/dossiers/orientalisme/l-orientalisme-au-service-de-l-imperialisme/l-image-de-l-arabe-musulman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour la communication de ce lien. Quant au reste c'est effectivement parfaitement clair.

      Supprimer
  3. Boniface est soit un con, soit un escroc. Il peut aussi être un peu des deux, ce qui n'aurait rien de surprenant de la part d'un invétéré palestinolâtre comme lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et pourtant ce qu'il écrit que j'ai repris, est parfaitement et totalement avéré

      Supprimer
    2. C'est totalement avéré quand on se place d'un point de vue religieux.

      Mais il faut sans doute préciser de quoi il est question: le principe de fonctionnement est que la France finit par intégrer les rescapés des minorités religieuses qu'elle persécute, plus ou moins selon les époques, comme une sorte de bizutage.

      Au début on maltraite le non catho, et puis finalement, on l'intègre.

      C'est un assez curieux processus qui s'est vérifié avec les Protestants, puis les Juifs et maintenant les Musulmans.

      L'idée est naturellement d'éviter de remettre le couvert avec les Musulmans, en faisant l'économie de la saint Barthélemy, de la révocation de l'Edit de Nantes ou des lois anti-juives du régime de Pétain, et de nous en tenir à une simple défense de la laïcité.

      Mais si on ne sait pas se retenir, il faudra aussi comprendre qu'on perpétuera une tradition intellectuelle qui, en réalité remonte très loin, comme nous l'apprend le vieux Celse, qui, avec son fameux "Discours Véritable" nous rappelle que les Chrétiens eux-mêmes ont été considérés comme des intrus non-assimilables.

      Voilà ce qu'il en disait: "Il est une race nouvelle d’hommes nés d’hier, sans patrie ni traditions, ligués contre toutes les institutions religieuses et civiles, poursuivis par la justice, universellement notés d’infamie, mais se faisant gloire de l’exécration commune : ce sont les chrétiens […]".

      Il formait contre les Chrétiens les mêmes types de griefs qu'on formait jadis contre les Protestants et naguère contre les Juifs. Et maintenant contre les Musulmans.

      Tout cela est donc une vieille histoire de réflexes mentaux qui se reproduit régulièrement au long des siècles, avec des variations assez faibles.

      Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Celse_%28philosophe%29

      Didier Goux, traditionaliste de ce point de vue, s'inscrit dans cette longue perspective. Il est le petit rouage qui duplique la ligne de code en la faisant passer d'une génération à l'autre.

      Pascal Boniface, lui, a au contraire décidé que le bizutage du nouveau venu ne passerait plus par lui.

      Choisis ton camp camarade.

      Supprimer
  4. Il s'agit d'un de ces faux parallélisme dont l'époque raffole, dès qu'il s'agit de cacher la merde au chat. En réalité, les situations n'ont à peu près rien à voir. Ne serait-ce que parce que, dans le cas des Juifs, au XIX et durant le premier XXe siècle, la religion n'entrait nullement en ligne de compte. Il y aurait encore d'autres faux parallélismes à démolir, mais je manque un peu de temps, ce soir…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La religion n'entrait nullement en ligne de compte?

      La religion est évidemment un centre de gravité. Vous-même avez fustigé les commentateurs qui affirmaient que l'islam n'avait rien à voir avec le terrorisme islamiste.

      La religion entre en ligne de compte car il s'agit de faire... les comptes.

      La caractéristique de la pensée religieuse est d'avoir toujours quelque chose à faire valoir et donc à reprocher à autrui.

      Vous, moi, n'importe qui, on leur doit toujours quelque chose. Ils sont insatiables. Plus le temps passe, plus on leur doit des intérêts pour une offense commise 12 générations en arrière (en général une histoire de brebis égarée ou de relations sexuelles interdites).

      Didier, je sais pas comment vous percevez la chose, mais les religieux, c'est des épiciers. Mais pas que: il y a les spirituels, ceux qui ne comptent aucun intérêt mais travaillent sur le capital.

      Votre façon ethno-centrée d'aborder les choses est, de mon point de vue, complètement conne (vous êtes invariablement anti moderne). Finalement, vous en êtes réduit, à votre âge, à être un anti-moderniste et à vous dissiper sur le Net sous cette étiquette.

      Ce n'est pas digne (on sent bien que vous êtes un mec souple et leste).

      Résultat: vous ne faites plus la distinction entre les épiciers et les spirituels. Pourtant vous êtes à bonne école. Votre maître à penser, Renaud Camus, appartient à ce flux historique qui la faisait et qui a bâti sa légitimité intellectuelle sur ce travail de réflexion.

      Il faut expliquer à notre hôte pourquoi vous mélangez les deux branches et comment vous vous êtes tordu à ne plus la faire. Parce que lui, il parle de ça.

      Notre hôte nous dit: Pascal Boniface (que vous n'aimez pas mais on s'en fout) a remarqué un mimétisme transgérationnel.

      La question: vous, moi, notre voisin, on le duplique ou pas?

      Si on le duplique, on appartiendra à la lignée de Celse. RAS, le monde continue.

      Sinon...

      Supprimer
    2. Il fallait du sang d'enfant chrétien pour faire du pain juif. La chose n'était pas désavouée par les évêques catholiques. Mon père, catholique, a encore entendu cela en 1945-1946 après le retour en Pologne des juifs rescapés des camps allemands. Ceux qui ont survécu au retour ne sont pas restés longtemps en Pologne...

      Supprimer
    3. expliquez moi où vous ayez vu qu'au courant du 19ème siècle , les chouifs flinguaient les crayonneurs sans talents de chérie abdo ou les métalleux du batacloche?
      où avez vous vu qu'ils accrochaient les têtes des patrons aux grillages des usines ( en russie oui , mais en vronze?)
      où avez vous vu qu'ils se faisaient péter au milieu de la foule?
      il y a une suspicion légitime et vouloir en faire l'économie ne mènera à rien de bon

      Supprimer

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.

Bienvenue

Blog politique à temps partiel. Ici pas de langue de bois ni de phrases creuses mais plutôt le poids des mots sans complaisance et le choc des photos pour illustrer. Enjoy

La citation au hasard

Lettres recommandées

Un billet au hasard ou pas

Comme Macron faites des discours creux avec le générateur de langue de bois

Hier soir avait lieu le premier "meeting" d'Emmanuel Macron, l'homme ni de droite ni de gauche bien au contraire, co...

Copyright © A Perdre La Raison | Powered by Blogger

Design by ThemePacific | Blogger Theme by NewBloggerThemes.com