"Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" - Paul Eluard

La Grèce, sa dette et le référendum


Que dire sur un sujet tellement à la fois simple et compliqué.

D'un côté vous avez des Grecs saignés par l'austérité depuis de nombreuses années dans un pays entré dans la zone euro par effraction, en "maquillant ses comptes" pour faire moins peur et passer dans les fourches caudines des "critères de convergences".

Ainsi, entre 1997 et 1999, contrairement à ce que prétendait le gouvernement grec, le déficit grec n’était pas passé de 4% à 1,8%, mais de 6,6% à 3,4% et ne vous parle pas ici des "arrangements" de la banque Goldman Sachs pour limiter le montant de la dette grecque et présenter ainsi des comptes pour que la mariée soit belle pour son entrée dans la zone euro en 2001.

De l'autre côté vous avez des créanciers qui ont déjà fait cadeau à la Grèce de quelques 110 milliards d'euros en 2012 en effaçant partiellement la dette grecque et qui cette fois ci ne veulent plus faire de cadeau. Des créanciers qui veulent récupérer leur argent même si c'est au prix d'un maintien de l'austérité en Grèce dont à vrai dire il se moque bien.

Bref 14 ans après son entrée dans la zone euro et plus de 322 milliards de dettes accumulées plus tard (177% du PIB) voici les grecs devant un cas de conscience, faut-il dire oui ou non aux propositions de l'Eurogroup, le non entraînant de facto la sortie de la Grèce de la zone euro.

La Grèce est une "petit pays" tant démographique qu'économique, 11 millions d'habitants et un PIB qui ne pèse pas grand chose dans la zone Euro puisque qu'il s'établit à peu près à 2% de celui de la zone euro. Il est préférable pour ce pays de rester dans la zone euro me semble t-il.

Pour les créanciers, personnellement je ne comprends pas comment et pourquoi ils ne proposent pas une réorganisation de la dette avec fixation d'un nouvel échéancier et par conséquent un rééchelonnement des remboursements qui accompagneraient des mesures non austéritaires.

Au moment ou la reprise économique gagne enfin l'Europe, n'est-il pas temps d'être consensuel et de donner au peuple grec une nouvelle chance ?

Je crois que malheureusement l'Eurogroup a fait un choix qui est plus politique qu'économique, remarquez c'est logique puisque l'Europe est à majorité dirigée par la droite guidée par Angela Merkel.

J'aurais aimé que la France de François Hollande et Manuel Valls se démarque nettement de la position de Merkel et pense d'abord "au gens" plutôt qu'aux capitaux. Ah au fait Moscovici il fait quoi ? 

Un jour un homme politique à dit :


"la politique ça consiste à s'occuper des gens"   
Le Président de la République et le premier ministre feraient bien de s'inspirer de cette citation ..... d'Arnaud Montebourg.






Si la dette grecque n'est pas remboursée c'est par habitant :

- 691 € pour chaque allemand (81 millions d'habitants)
- 636 € pour chaque français (66 millions d'habitants)
- 616 € pour chaque italien (60 millions d'habitants)
- 510 € pour chaque espagnol (47 millions d'habitants)


Evidemment si l'on ramène cela au nombre de contribuables alors ces chiffres sont évidemment bien plus plus élevés puisque pour les français la dette grecque représenterait 1166 € par contribuable (36 millions de foyers fiscaux). 
Partage:

6 commentaires:

  1. La présence de Goldmas Sachs dans cet immense sac de nœuds me fait penser que la Grèce pourrait avoir été utilisée comme brûlot par les étatsuniens pour gêner la construction de l'Euro.
    A la même époque (vers 1998), ils ont déclenché la 2° guerre d'Irak alors que Sadam Hussein (qui n'était pas pour autant un enfant de choeur) venait de faire connaître son intérêt pour pratiquer le commerce du Pétrole en Euro et non plus en dollars.
    Seraient-ils en train de gagner la partie ?

    RépondreSupprimer
  2. Non, la dette grecque n'implique pas 636€ par français : https://france.attac.org/nos-publications/brochures/article/grece-petit-guide-contre-les-bobards-mediatiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, des points de vue arithmétiquement différents pensent que oui :-)

      Supprimer
  3. ah mais faut regarder qui détient la dette Grecque, y'aura du carnage en FR et DE.
    http://demonocracy.info/infographics/eu/debt_greek/debt_greek.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ce lien aux superbes infographies

      Supprimer

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.

Bienvenue

Blog politique à temps partiel. Ici pas de langue de bois ni de phrases creuses mais plutôt le poids des mots sans complaisance et le choc des photos pour illustrer. Enjoy

La citation au hasard

Un billet au hasard ... ou pas

Comme Macron faites des discours creux avec le générateur de langue de bois

Hier soir avait lieu le premier "meeting" d'Emmanuel Macron, l'homme ni de droite ni de gauche bien au contraire, co...

Lettres recommandées

Copyright © A Perdre La Raison | Powered by Blogger

Design by ThemePacific | Blogger Theme by NewBloggerThemes.com