Arabie Saoudite : crimes et châtiments, comme ISIS (Daesh) ?


Le Roi est mort, vive le Roi !

Voilà ce que pourrait crier les sujets de sa majesté Salman le nouveau roi, s'ils avaient la possibilité de le faire.

Mais, au delà des reproches que nous occidentaux avec une culture différente, pouvons faire à un régime ou prime la religion et où entre autre les femmes de ce fait ne sont que peu considérées et où par exemple il leur est interdire de conduire une voiture, il faut également ne pas oublier que le "barème" des châtiments est absolument incroyable.

De 80 coups de fouets, à l'amputation de la main droite en passant par 100 coups de fouet ou l'amputation d'un pied et d'une main et pour finir la mort selon les faits reprochés et condamnés voilà les peines encourues par les habitants du royaume qui enfreindraient les lois et textes locaux.

Les droits de l'homme, la démocratie, la liberté sont dans ce royaume, les grands absents, comme dans certains autres pays d'ailleurs.

Voilà un "code pénal local" particulièrement cruel digne du moyen âge et d'ailleurs certains se sont "amusés" à comparer avec les fous furieux de ISIS, les similitudes sont nombreuses .... malheureusement :



Commentaires

  1. s'étonner des similitudes alors que dans les deux endroits les lois sont basées sur le même texte: la charia.... mais bon, pas d'amalgame, hein!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas tout à fait quand même car malgré tout le roi Abdallah a autorisé les femmes à voter et à se présenter aux élections locales de 2015. Elles peuvent aussi être désignées désormais membres de l'Assemblée consultative de la Choura dont le rôle n'est que de suggérer des lois.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.