40 ans avec Le Pen : Les affiches

Comme le dit mon confrère SarkoFrance dans son billet, non sans humour, "la vie est belle le FN s'est normalisé".

Alors comme pour savoir où l'on va il faut savoir d''où l'on vient voici un florilège des affiches passées et actuelles du Front National.

Mieux que des mots ces affiches, affichettes et autres, parlent d'elles même et révèlent s'il en était encore besoin, le discours de la haine de l'autre du Front National :






























Commentaires


  1. Marine, ce n'est pas la politique autrement... mais la politique qui ne peut pas être autrement que l'apanage de celui qui ment... effrontément... impunément... ingénument.
    La politique... éperdument... celle qui ne résout pas les problèmes mais celle qui en pose... celle qui remet en cause... celle qui divulgue les choses.
    Marine...politique... parce que toute politique est fondamentalement cynique... sans le moindre souci éthique... elle dit ce qui va ou ne va pas... pas ce qui vaut ou ne vaut pas la peine... les faits... mais pas n'importe lesquels, seulement les faits qui ont sur nous un certain effet... les faits sensibles... les faits nuisibles...
    Si Marine ne cherche pas la vérité c'est parce que personne ne la cherche.
    Elle cherche l'ascendant. Elle cherche à avoir raison et trouve tout le monde. Ni le rêve, ni la réalité ne sont pour elle des ingrédients... mais le fait humain, trop humain.
    Nos souffrances, nos déficiences, nos ignorances.
    Voilà la matière à tisser, voici l'art de gouverner : songer à notre petitesse avant de songer à notre grandeur.
    Marine a compris ce que tous ses adversaires ont du mal à comprendre : que la politique n'est pas un problème de gestion mais un problème de digestion. Digérer la cité avant de la gérer... on va errer... au pâturage... on va errer.
    Ce qui la rend précisément indigeste, ce n'est ni la misère, ni la pauvreté mais le problème de son identité.
    Qui sommes-nous ?
    Sommes-nous qui nous sommes ?
    Tant que nous ne serons pas nous et entre nous, nous ne saurons jamais qui nous sommes, où nous en sommes et où nous allons
    Non, il n'y a pas d crise au niveau des finances... mais une crise de conscience...
    La France n'a pas la FORME pour résoudre les problèmes de fond...
    Débarrassons la France de ce qui n'est pas la France et nous nous débarrasserons de toutes ses carences....
    Politiquement, cela a un sens.
    Ça interpelle la masse et ce sera toujours efficace
    Et comme la France est à la ramasse, les bleus s'apprêtent tous à boire la tasse
    Entre les bleus décomplexés et le complexe d'identité... je préfère encore celle qui les a initiés.
    Parce qu'il n'y a que l'océan pour nous laver de tout soupçon...

    RépondreSupprimer
  2. "L'Action Française" (de Maurras qui s'est terminé à Lyon en 1944 dans le même immeuble que la Gestapo) était une belle expression avec deux jolis mots qui sentait bon la Révolution de 1789...Aujourd'hui le Front National (copie langagière du "Front Populaire" de 1936 ) nous rejoue le même genre de mystification. Et comme le montre ces affiches, le vocabulaire a plus d'impact que la pensée.

    RépondreSupprimer
  3. "L'Action Française" (de Maurras qui s'est terminé à Lyon en 1944 dans le même immeuble que la Gestapo) était une belle expression avec deux jolis mots qui sentait bon la Révolution de 1789...Aujourd'hui le Front National (copie langagière du "Front Populaire" de 1936 ) nous rejoue le même genre de mystification. Et comme le montre ces affiches, le vocabulaire a plus d'impact que la pensée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il est clair que cette succession d'affiches démontre la haine constante du FN

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.