Syrie : François Hollande a raison, il est temps d'agir

Depuis le 21 août et le gazage par le régime syrien de sa propre population c’est effervescence dans la classe politique française et mondiale.



On ne peut pas évoquer la guerre civile en Syrie sans faire quelques rappels historiques qui me semblent nécessaires car les El Assad ne sont pas au pouvoir depuis hier matin, mais depuis 1970 et n'ont jamais été des enfants de cœur pour leur peuple. 

Comme l'affirme Charles Saint-Prot (Directeur de l’Observatoire d’études géopolitiques), "aujourd’hui comme hier, le régime des Assad tue, torture, terrorise, gaze sa propre population, organise des attentats au Liban. 

"Aujourd’hui il s’en trouve encore pour fermer les yeux, comme naguère lorsque ce régime tuait 25 à 30 000 civils dans la ville de Hama (1982), quand il terrorisait le Liban et assassinait les chefs religieux ou politiques – de  Kamal Joumblatt (1976) ou du Moufti Hassan Khaled (1989)  à  Rafic  Hariri (2005), Gebran Tueini (2005), Pierre Gemayel (2006) et plusieurs autres." 

"La France connait d’autant mieux la malfaisance de ce régime qu’elle a souvent été victime du terrorisme d’Etat du système assado-sectaire, soit directement soit par des groupes libanais contrôlés par le pouvoir syrien (comme le djihad islamique d’Imad Mougniyeh) : 

  • l’assassinat de l'ambassadeur de France à Beyrouth (1982), 
  • les attentats commis à Paris (assassinat du cofondateur du Baas en 1980) 
  • bombe de la rue Marbeuf en 1982, 
  • l’attentat perpétré en 1983 contre nos soldats parachutistes du poste Drakkar à Beyrouth (58 morts)
  • les prises d’otage français et l’assassinat du chercheur français Michel Seurat (1986)  avec la complicité des services d’Hafez el Assad."
source

Sur la question d'un vote ou non des parlementaires, je ne manque pas d'être étonné des réactions politiciennes à droite comme à gauche, si la situation n'était grave on pourrait en sourire.

A droite, vous avez la bande UMP qui réclame soudainement le vote du parlement alors que ce sont les mêmes qui en 2008 ont refusé d'intégrer cette possibilité à la loi puisque lors de la révision constitutionnelle de 2008, François Hollande avait demandé (amendement 293) avec le groupe socialiste, que l'information des parlementaires soit suivie d'un vote dans "une logique démocratique". Demande rejetée à l'époque par Sarkozy et les députés UMP qui aujourd’hui réclament à François Hollande devenu Président, un vote.

Personnellement je suis favorable à un vote même si les textes ne l'exigent pas.






Tout cela n'a pas empêché Sarkozy de faire le coq en déclarant lors d'une visité en Israël, le 23 mai 2013 :

«Les Syriens ont le droit à la liberté, comme tous les autres peuples du monde. Je ne peux me résoudre au massacre d'un peuple par son tyran. Je suis triste de voir notre Europe impuissante…. Je veux croire qu'il n'est pas trop tard pour retirer à Bachar el-Assad les armes avec lesquelles il massacre son peuple.»






A gauche les révolutionnaires en carton du Parti de Gauche sont des farouches opposants à El Assad, sur internet et dans les meeting, j'en veux pour preuve leur meeting du 4 février 2013 "Le peuple syrien de la résistance à la révolution" précédé d'un texte mobilisateur du 1er février 2013 :

"La situation catastrophique en Syrie dévoile le vrai visage d’un capitalisme qui a soutenu nombre de dictatures depuis la deuxième guerre mondiale. Mais les peuples d’Afrique du Nord et du Proche-Orient ont décidé de renverser leurs dictateurs comme les peuples latino-américains avaient renversé les leurs, en Argentine et au Chili notamment." 

"En revanche, le peuple Syrien subit encore la sanglante répression du régime de Bachar El Assad, avec la complicité de la communauté internationale. Ces massacres ont fait plus de plus de 60 000 morts depuis le 18 mars 2011, en plus d’un nombre considérable de blessés, de réfugiés et de disparus."

source



Mais par contre dès qu'il faut agir sur le terrain concrètement, il n'y a plus personne, les pseudos révolutionnaires sont farouchement opposés à toute intervention. Normal me direz vous, puisque la France agirait avec "l'impérialiste américain", vous n'y pensez pas voyons !

Chacun est parfaitement libre de penser ce qu'il veut de la situation mais il n'en demeure pas moins que les bornes ont été dépassées par El Assad en utilisant du gaz chimique (sarin) comme tout l'indique (note déclassifiée des services de renseignements français) alors que son utilisation est proscrite par les textes internationaux depuis 1925.

Combien de morts supplémentaires faudra t-il avant d'intervenir ?

Comme nous le savons tous, le conseil de sécurité est bloqué dans ses résolutions par la Russie qui protège, entretien, livre des armes à la Syrie depuis des dizaines d'années. Soyons donc clair, l'option politique que certains privilégient est d'une grande et honteuse naïveté volontaire, rien ne changera la position de la Russie.




Au fond même si cela ne se fera pas immédiatement, c'est de la fin du régime de Assad dont la Syrie a besoin alors inévitablement on entend ici ou là le discours larmoyant de ceux qui nous disent que la chute du régime d'Assad conduirait à la victoire des islamistes durs et constituerait une menace pour les Syriens chrétiens (9% de la population). Mais c'est oublier qu'en Syrie la majorité humiliée depuis 40 ans est une majorité sunnite (75%) qui n'ont rien d'islamistes radicaux.




Vous l'aurez compris je suis un affreux gauchiste belliciste favorable aux frappes contre la Syrie, ne rien faire serait ni plus ni moins qu'encourager le régime syrien à continuer à faire des milliers de morts. 

Ce serait également l'affaiblissement de la crédibilité des puissances occidentales à l'ONU et dans le monde, car tolérer qu'un pays gaze son peuple sans réagir c'est tolérer la même chose demain ailleurs, voire pire. 

Par le passé certains ont attendu, négocié, tergiversé et on a vu le résultat par exemple à Sébrénica où les serbes ont massacré 8 000 musulmans bosniaques en juillet 1995, tout ça en Europe, à 2 heures de Paris en avion pendant que l'ONU discutaillait sans fin, déjà avec la Russie, alliée de la Serbie comme elle l'est de la Syrie.


Pour ne pas oublier la situation, voici un lien vers l'UNHCR et une dépèche AFP :






A lire :

chez Romain Blachier : Une raison d’intervenir en Syrie

Commentaires

  1. Tu dis dans le billet (par ailleurs excellent, comme celui de Julien Dray que je viens de tweeter - le tien viendra) que tu es favorable à un vote. Mais si tu avais réellement lu mon billet que tu mets en lien tu aurais vu que la constitution ne le permet pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'avais bien compris mais l'avantage d'un vote permet de se compter même le résultat de si celui-ci ne fait guère de doute

      Supprimer
  2. Pour ma part ce que je redoute est une escalade du conflit, et une propagation entre Israël et l'Iran.
    Mais bon, souvent il y a 2 mauvais choix, et la stratégie de l'impasse des grandes puissances ne mène nulle part. Et oui on a vu l'horreur a Sébrénica et le général B. Janvier qui commandait la KFOR l'a eu sous ses yeux et n'a rien fait. Ce fut une honte pour la France.
    Je regrette aussi qu'on décide d'y aller avant le retour des inspecteurs de l'ONU. Ça ne participe pas à une suite logique des événements.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso je ne crois pas à une escalade du tout, la syrie et la russie n'y ont aucun intérêt.
      Pour la bosnie c'est plus compliqué que ça, les soldats de l'ONU n'avait "pas de mandat" pour s'opposer à quiconque, ils comptaient les balles et les morts, et tout ça à cause de la Russie à l'ONU qui avait voulu limiter les pouvoirs des casques bleus......on a vu le résultat

      Supprimer
  3. "en utilisant du gaz chimique (sarin) comme tout l'indique"
    Justement ...
    tout est dans ce "tout"
    Se baser sur une "indication", non officielle donc, pour déclencher des frappes meurtrières est-ce bien raisonnable? Ne peut-on attendre le rapport de l'ONU (ou plutôt ne DOIT-on pas attendre le rapport de l'ONU?). Surtout que, d'après le billet, la "malfaisance de ce régime" date du début des années 80; alors, on n'est pas dans l'urgence. Parce que j'ai encore en travers de la gorge les "armes de destruction massive" fantômes de Hussein

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas sur la seule utilisation du gaz que l'on veut intervenir, c'est sur la certitude non étayée que c'est Bachar el Assad qui l'a utilisé.

      On nous a déjà fait le coup avec l'Irak.

      On a envoyé plein de gens se faire tuer sur ce mensonge. Vous avez envie que ça recommence? Moi non. Ce qui est risible, et je ne parle pas pour vous, c'est que tous ces gens avec des ardeurs guerrières, ne sont pas des soldats. Ils ne risquent rien eux, juste une part de leur impôts.

      Quand à ceux qui pensent que les soldats sont payés pour faire la guerre, je leur rappelle que les soldats ne sont pas des mercenaires, mais des gens payés pour protéger les intérêts de la France et les Français.

      Ou sont nos intérets dans cette histoire ?

      Supprimer
  4. non non et non !
    Je ne peux pas accepter un tel raisonnement.
    - même si Assad est un "méchant", ni la France, ni les Etats Unis n'ont le droit de le "punir". Nous avons signé la charte des nations unies. Nous avons accepté le principe que le recours à la force ne pourrait intervenir que sur décision du Conseil de Sécurité. Si nous n'étions pas d'accord, il ne fallait pas signer. Et même si Moscou et Pékin "bloquent", cela ne change rien. Lorsque Israël a bombardé Gaza, les Etats Unis aussi ont "bloqué" toute résolution. Fallait-il pour autant que Moscou passe outre ?
    - A quel titre agirons-nous ? Avons nous une mission ? Sommes nous mandatés ? Par qui ?
    - La Syrie n'a pas signé le traité de non prolifération des armes chimiques donc elle n'est, stricto sensu, pas dans l'illégalité. Par ailleurs, ce traité n'a pas imposé la suppression des stocks, ni même, jusqu'il y a peu, les ventes d'armes chimique (c'est pour cela que les EU ont pu en fournir à l'Irak pendant la guerre Iran Irak (information dé-classifiée récemment).
    -une frappe unique ne servirait à rien, sinon à tuer des gens. Une intervention pour déloger Assad prendrait plusieurs mois (voir la Lybie). Quid si Moscou hausse le ton ? Quid si Téhéran intervient ? Quid si Israël réagit ? Quid si Moscou et Pékin décident alors que le jeu a assez duré et entrent dans la danse ? Tu veux vraiment déclencher la 3ème guerre mondiale ? Tout ça pour un tyran qui ne fait pas bien pire que le rois d'Arabie Saoudite ?...
    -Et puis, on nous a déjà fait le coup avec les armes de destruction massive alors, NON, je ne suis pas convaincue par les rapports des services secrets occidentaux (D'ailleurs, tu fais bien de parler de Sebrenica: te souviens tu que la République Serbe a été acquittée par le TPI, car il a été établi que le massacre n'avait pas été ordonné par le gouvernement serbe mais était le fait de milices sur le terrain.
    Dans une guerre, des choses horribles sont commises, des deux côtés. Souviens toi My Lay et tous les habitants d'un village vietnamiens (des femmes, des enfants, des bébés) massacrés par un soldat américain. Souviens-toi le gars qui a mangé le cœur d'un soldat tué. Regarde le massacre commis par les rebelles (site de marianne) il y a quelques jours. Et que dirais tu s'il s'avérait que tout cela n'est qu'une macabre mise en scène des rebelles, et que les enfants morts figurant sur la vidéo sont des enfants alaouites prisonniers ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un raisonnement de la part d'un type qui reste anonyme n'a aucun intérêt. Je vais expliquer à ce connard : si tu vois un type voler le sac à main d'une vieille et que tu interviens, tu trouve ça normal. Pourtant tu as tort. Tu n'as aucun mandat pour ça. Il n'empêche que tu seras félicité par tout le monde.

      Après, débiter des conneries dans les commentaires d'un blog est facile

      Supprimer
    2. Bien, bien l'insulte. La comparaison avec la vieille dame ne tiens pas la route. On ne peut pas comparer une situation individuelle avec une situation politique surtout de cette envergure. Mon exemple : tu tues quelqu'un pour protéger ta vie c'est de la légitime défense. La société applique la peine de mort, c'est moralement irrecevable. Ah et je suis pas le même anonyme, j'en suis un autre.

      Supprimer
  5. Bonjour

    Votre avis est tout à fait légitime bien que je ne le partage pas comme je l'ai souvent écrit.

    Je voudrais juste savoir quelle preuve irréfutable vous avez de la culpabilité de Bachar el Assad dans cette attaque chimique du 21 aout. Car je vous rappelle que l'intervention est basée là dessus et non sur les événements qui ont pu se passer dans le passé entre la Syrie et la France. Nous ne sommes pas dans une logique de vengeance et nous ne déclarons pas la guerre à la Syrie.
    Nous parlons bien uniquement d'une "punition " pour le 21 aout n'est-ce-pas ? Qu'on nous donne alors les preuves que nous "punissons" la bonne personne.

    D'autre part, merci de me dire clairement et non avec des arguments humanitaires bons pour les gogos, quels sont les intérêts de la France dans cette histoire.
    Je suis plus qu'étonnée de voir les arguments basés sur l'affect du géopoliticien Monsieur Saint Prot . On aurait attendu qu'il nous parle des entreprises françaises en Syrie, du commerce perturbé, de la construction des 2 gazoducs concurrents etc etc....

    Ensuite, quelle compétence avez-vous pour affirmer que cette opération ne déclenchera pas une réaction guerrière en chaine ? sur quoi vous basez-vous? Etes vous spécialiste de la Russie? Avez-vous compris comment fonctionnent Poutine et Assad ? Avez-vous perçu la bascule de pouvoir entre les blocs géographiques ?

    Me contentant d'être géographe, de tenir un blog militaire, je ne peux affirmer que cette agression, car c'en est une, n'enflammera pas le monde. Mais l'adage "on sait comment commencent les guerres, on ne sait pas comment elles finissent", me parait assez sage pour préférer une solution politique, la non-ingérence et de bons liens commerciaux plutôt que la politique américaine.

    Ravie de vous avoir lu. Bonne soirée
    SECRET DEFIANCE

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.