Bourdouleix le haineux : Les roms, manouches, tziganes, gitans vous saluent bien !


Le député-maire de Cholet, Gilles Bourdouleix, est un élu qui, caché derrière le centrisme de l'UDI, est en réalité un honteux personnage qui ne craint pas d'en référer à Hitler ("Hitler n’en a peut-être pas tué assez") pour traiter le "problème" que représenterait les roms, tziganes, manouches, gens du voyage. 

Rappelons le génocide des Tziganes opéré par les nazis et leurs alliés entre 1938 et 1945, période durant laquelle des centaines de milliers de Tziganes ont été exterminés, parallèlement à la SHOAH. 

Alors pour cet imbécile intolérant qui n'a rien à faire en temps qu'élu de la république, voici le talent de toutes ces personnes qu'il honnit. 

Du talent à l'état pur !









Commentaires

  1. Tu as oublié Yvan Le Bolloch'...

    OK

    Je sors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et Thomas Dutronc (comme un manouche sans guitare) aussi

      Supprimer
    2. Bon enfin, le principal c'est d'avoir cité les 3 qui sont là!

      Supprimer
    3. Et Sansevérino, c'est quand même moins chiant que les Gipsy King bordayhl!

      Supprimer
  2. Le mou du bulbe ne devait pas savoir que Pétain était aussi dans le coup pour la répression des Romstsiganesmanouches.
    Voir le camp de Saliers (commune d'Arles) que ceux qui ont vu "le salaire de la peur" avec Vanel et Montand ont pu voir. Les restes du camp ont servi de décor au film avant d'être rasés. Il ne reste plus qu'un champ.

    RépondreSupprimer
  3. Pour ceux qui ne savent pas...ou ne veulent pas savoir...
    Montreuil-Bellay ( 1940-1945) à 40kms de Cholet!!!

    Le camp de concentration de Tsiganes de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire, France), dans le sens premier du terme « concentration » qui était celui employé pendant la Seconde Guerre mondiale, fut ouvert le 8 novembre 1941, conséquence directe du décret signé le 6 avril 1940 par Albert Lebrun, dernier président de la 3ème République. Il était destiné à rassembler tous «individus sans domicile fixe, nomades et forains, ayant le type romani», Manouches, Gitans, Roms, Sintés. Ces Tsiganes, par familles entières, venaient d’une multitude de petits camps ouverts en France dès 1940.
    Ce 8 novembre 1941, ils étaient 250, transférés du camp de la Morellerie (commune d’Avrillé-les-Ponceaux en Indre-et-Loire). Le 2 décembre, en arrivaient 213 nouveaux interceptés dans les trois départements de la Bretagne de l’Ouest. Pour ne citer que les entrées les plus importantes : 756 du camp de Mulsanne (Sarthe) le 3 août 1942, dont quelque 80 clochards raflés à Nantes ; 56 du camp de Rennes, le 5 août ; 304 du camp de Poitiers (Vienne), le 27 décembre 1943. L’effectif maximum fut atteint en août 1942 avec 1096 internés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ces précisions historiques très complètes

      Supprimer
  4. Sans vouloir en rien l'excuser, notons simplement que Bourdouleix etait en intervention terrain, accusé par les gens du voyage de se scomporter comme Hitler, et c'est là ou il a dit "Comme quoi il n'en a peut-être pas tué assez...".

    Ca n'excuse evidemment rien, mais ca explique.

    Enfin, face à de tels propos, l'UDI a très vite réagi

    Sinon, l'Union des Démocrates et Indépendants (#UDI) ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.