PSA Aulnay : Le combat inévitablement perdu par les salariés et la CGT


Sur ce dossier sensible, et pour cause, 2 900 salariés sont concernés, on sait tous que des syndicalistes de la CGT et de la CFDT (à l'influence mineure) à Aulnay mènent un rude combat contre la direction de PSA et contre la fermeture du site.

Dès le départ la situation était bien mal engagé pour les salariés d'Aulnay et ce malgré les rodomontades de Montebourg envers Philippe VARIN le Président de PSA, car en face, la détermination, les difficultés économiques surtout, les erreurs de stratégie ont contraint malheureusement la direction de PSA a envisager la fermeture de ce site et a supprimer des milliers d'emplois en France.

Sur le point précis d'Aulnay, il faut se souvenir que deux rapports d'experts indépendants, l'un remis à Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, l'autre remis par Secafi (cabinet d'expertises réputé être proche de la CGT) expert désigné par le Comité Central d'Entreprise, ont conclu, tous deux, que la fermeture du site PSA d'Aulnay et celle d'une demi-unité de production à Rennes étaient inévitables selon les scénarios présentés par la direction de PSA. 



Je ne porterai pas de jugement sur le "leader" local de la CGT, tête de pont de l'extrême gauche (Lutte Ouvrière) au sein de la CGT, que tout le monde a connu comme porte parole de Nathalie Arthaud aux dernières élections présidentielles. 

Je m'interroge tout de même sur l'intérêt qu'il y a à entraîner à sa suite des salariés à faire gréve alors que l'on sait la cause perdue ? (voir plus bas le rapport Secafi critiquant PSA sur l'ampleur du suppressions d'effectifs et le manque de stratégie).

La Direction de PSA s'est engagée auprès du gouvernement et des représentants du personnel à ce que des solutions de reconversion permettent à tous les salariés concernés de retrouver un emploi soit en interne soit en externe, c'est la moindre des choses tout de même.

Au total, 3.750 solutions de reclassement internes et externes vont être proposées aux salariés du site PSA d’Aulnay (il y a un peu moins de 2 900 salariés), dans le cadre du plan de reconversion :

- 1650 reclassements internes dont 1500 "mutations" à PSA Poissy
- 800 emplois CDI déjà identifiés dans le cadre de la ré-industrialisation du site, 
- 800 CDI proposés par Sodie (cabinet de Outplacement)
- 200 salariés concernés par le plan de maintien dans l’emploi des seniors chez PSA
- 100 postes CDI d’opérateurs et de maintenanciers pour la SNCF
- 100 postes CDI de maintenanciers pour Aéroport de Paris
- 100 postes CDI de conducteurs de bus pour la RATP

Le rapport de Secafi préconisait en outre d'améliorer toutes les mesures d'accompagnement compte tenu du niveau de formation initiale, des âges et des anciennetés des 2.857 salariés de l'usine d'Aulnay, vouée à la fermeture ce qui a été fait notamment avec l'AFPA qui a bati un partenariat avec PSA pour la formation lourde des 300 salariés qui iront à la SNCF, RATP et Aéroport de Paris.



Pour mémoire il faut avoir à l'esprit que bienheureusement toutes les organisations se sont prononcées contre la suppression des effectifs quand ils ont eu à le faire dans les instances représentatives aux divers niveaux du groupe (CE et CCE).

Mais  la totalité des OS n'ont pas signé le plan de reconversion puisque 5 organisations syndicales sur six (FO, CFTC, CFE-CGC, CFDT, SIA (syndicat maison) soit 18 élus du personnel sur 20) représentant 76% des salariés ont donné leur accord sur les dispositifs d'accompagnement du plan social validé lors du CCE du 29 avril.

Personnellement je ne comprends pas l'opposition de la CGT à ce plan de reconversion, ne pas avaliser un plan de reconversion complet comme il est présenté et qui offre un avenir à chaque salarié me parait être une erreur, sauf à nier la fermeture d'Aulnay.

Aucun salarié ne devrait être "à la rue" quand ce plan de reconversion sera pleinement mis en application et c'est cela le plus important et l'essentiel, comment la CGT peut elle ne pas être partie prenante ?

Pour conclure, on peut affirmer sans se tromper qu'il est dramatique pour chaque ouvrier de vivre une telle situation de reconversion alors que sans doute si les patrons de PSA avaient été plus clairvoyants et porteurs d'une véritable stratégie on n'en serait pas arrivé là. 



Bonus : le rapport SECAFI remis le 11 décembre 2012 au CCE du groupe PSA


Commentaires

  1. situation classique du choix entre le jusqu'au-boutisme et la négociation
    le premier ne donne pas souvent des bons résultats

    RépondreSupprimer
  2. Au final une défaite de plus pour les salariés...parce que le gourvernement actuel est de gauche,le combat est perdu d'un coté et de l'autre pas grand chose à gagner. Je connais j'y suis passé et je vais y repasser, 10 ans de précarité et dans quelques jours une lettre de licenciement 6 ans avant la retraite.....Cellule psychologique, cellule de reclassement, reconversion avec perte de salaire ou chômage. Je dis merde à ceux qui me parle de "négociation".
    Robert Spire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement le salarié n'est que le pot de terre face au pot de fer et à la fin on sait bien qui gagne

      Supprimer
  3. Alors prions Saint "Fakir" pour "qu'à la fin c'est nous qu'on va gagner"
    Robert Spire

    RépondreSupprimer
  4. Une précision importante .............
    Aulnay est le seul site PSA ou le SIA (syndicat maison) est majoritaire
    Sans doute un désavantage pour les salariés, qui pourrait en partie expliquer le choix de fermeture de ce site par la direction du groupe ?


    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...