La gauche éclatée, mais jusqu'où ?

Depuis quelques temps déjà les sénateurs et les 10 députés Front de Gauche rejettent les textes présentés par la majorité gouvernementale, jugeant que ceux-ci ne correspondent pas à leurs attentes et leurs idées. 

Dans le même temps on a tous noté les états d'âme de Jean-Vincent Placé et de quelques autres remettant en cause la participation des écologistes au gouvernement.

Dans un monde idéal sans crise économique ni déficit, on pourrait se dire qu'après tout c'est normal, mais les amis du Front de Gauche et d'EELV devraient sans doute se souvenir que l'on sort de 10 ans de droite (oui oui 10 ans) et que redresser ce qui doit l'être ne se fait pas si aisément ni malheureusement sans efforts que le gouvernement essaye de répartir dans la justice, dans tous les cas que la majorité élue propose ses propres textes n'a rien ni de scandaleux ni d'étonnant.

Après tout il y a 5 mois lors des législatives le choix des Français a été net et limpide :

  • 10 députés du front de gauche
  • 278 élus PS + 13 PRG 
  • 18 députés écologistes par la grâce d'un accord électoral avec le PS.






Par conséquent que la majorité élue applique son programme n'a rien de choquant, si cela froisse une partie des électeurs du Front de gauche parmi les 6,95% cela n'aurait rien d'étonnant.

Ceci étant je m'interroge sérieusement sur cette opposition quasi systématique et ce choix permanent de voter avec la droite au Sénat contre la majorité. L'abstention est une autre possibilité quand on "est du même camp" je le rappelle.

Et puis je ne peux m'empêcher de penser à tous les accords locaux, départementaux, régionaux, de gouvernance dans les villes, agglo, départements, régions qui lient les élus PS et Front de Gauche depuis les dernières élections respectives et depuis des dizaines d'années dans certains lieux.

En effet, partout ou presque ceux qui sont opposants au parlement au gouvernement sont partenaires ailleurs, dans les villes, départements et régions, n'est-ce pas pour le moins étrange ? Ne voyons nous pas dans ce cas de l'incohérence ?

Alors j'aimerai déjà être aux échéances électorales futures pour observer le manège habituel (j'ai du vécu en la matière) pour bâtir des listes communes face à la droite notamment lors des prochaines municipales.

Mon petit doigt me dit que les opposants du jour redeviendront soudainement des partenaires de demain à moins que l'opposition du FdG au parlement n'ait par trop irrité puis fâché le PS ......

De cela nous reparlerons sans doute.... et je crois qu'on va bien se marrer.

Commentaires

  1. Ouais ! Il faudrait que le PS balaie son opposition de gauche aux prochaines élections locales, quitte à laisser des plumes...

    RépondreSupprimer
  2. La majorité élue applique son programme... Ah, donc le TSCG, la hausse de la TVA, les 20 milliards de cadeaux aux entreprises, la réforme du marché du travail... étaient dans le programme... ah...
    Les lendemains de cuite vont être rudes. Mais au moins, on a compris l'importance des législatives : voter pour un Président, oui, mais surtout voter à gauche ensuite pour ne pas avoir de mauvaises surprises du genre : François Hollande applique le programme qu'un Schröder ne renierait pas, les vieilles recettes libérales d'un Giddens, qui n'avait de "social" que la particule devant "libéral"...

    RépondreSupprimer
  3. oui Jules on aurait du choisir Sarkozy le 6 mai ça aurait été mieux

    non Nicolas, il faut s'entendre mais dans la clarté

    RépondreSupprimer
  4. M'est avis que le contraire va se produire : le PS perdra systématiquement toutes les élections au profit du FDG sur sa gauche et de l'UMP/FN de partout ailleurs sur sa droite. Mais ça, c'est de la politique-fiction et il faudra sans doute que l'on en reparle d'ici 2 ans...

    RépondreSupprimer
  5. Melclalex, je t'aime bien mais la réponse indigente que tu apportes à mon commentaire est à la fois méprisante et condescendante. Noir ou blanc et zéro place à la critique, c'est ça ?

    RépondreSupprimer
  6. Jules le 6 mai rappelle moi le choix que tu avais ? Donc excuse moi mais c'est ça la seule vérité à mes yeux, soit sarko et la droite soit Hollande et la gauche et il n'y a aucune condescendance ni mépris à le dire

    Quant au "PS qui perdra systématiquement" on connait la chanson, c'est celle de BHL en 2009 ("Le PS est mort")

    RépondreSupprimer
  7. Le choix que j'avais ? Voter pour une majorité de gauche lors des législatives, par exemple, pour ne pas avoir à subir l'arrogance d'un PS qui croit avoir raison seul contre tous.
    Après, je suis navré de voir que toi et d'autres n'acceptez plus aucune critique de Saint-François. Il a beau faire le contraire de ce qu'il dit, prendre un virage social-libéral, pas un mot sinon on est un abruti qui ne comprend rien à la politique.
    Me répondre sans aucune nuance comme tu le fais, comme si on n'avait plus le droit d'ouvrir sa gueule une fois le bulletin glissé dans l'urne, je trouve ça inquiétant pour la suite.

    RépondreSupprimer
  8. Melclalex,

    "non Nicolas, il faut s'entendre mais dans la clarté". On est d'accord. Mais il faut aussi faire comprendre aux autres formations politiques que l'entente doit être réciproque. A partir du moment où le Front de Gauche, par exemple, passe son temps à taper sur le PS, il ne serait pas ridicule de le remettre au niveau qu'il devrait avoir...

    Jules,

    Passant par là par hasard, je me permets d'intervenir dans la conversation... Je suis parfaitement d'accord avec Melclalex. Le système électoral est tel qu'il fallait battre Sarkozy, on a réussi à le faire d'extrême justesse, avec le soutien de Bayrou, sur la base d'un programme parfaitement établi commençant par une réduction des déficits à 3% du PIB en 2012. C'est ce qui a permis de gagner les élections parce que, sans ça, nous n'aurions pas eu les quelques pourcents qui ont permis de passer au total des voix de gauche au premier tour (45%) à ce qui a permis de battre Nicolas Sarkozy.

    Tu peux refaire l'histoire et faire des pronostiques électoraux, ça ne changera pas grand chose.

    Et ça m'amuse beaucoup quand on prétend que Hollande est "une machine à perdre les élections"...

    RépondreSupprimer
  9. Jules, les Français ont fait un choix en étant 7,5 millions à voter pour les candidats PS, c'est la démocratie et c'est ainsi, je n'y peux rien.

    Tu devrais me lire plus souvent tu connaîtrais ma position sur le tscg, les pigeons, l'isf, la, tva et j'en passe et des meilleurs qui n'ont rien du tout de pro-hollande bien au contraire.

    Pour le reste le débat c'est au parlement qu'il a lieu je crois et la réponse du gvt ne satisfait pas tout le monde mais de là à voter contre, désolé mais perso je trouve ça difficile, voilà tout

    RépondreSupprimer
  10. Melclalex : oui, la démocratie est passée, je n'ai rien à redire. Simplement que je croyais Hollande un peu plus malin (je vous renvoie Jegoun et toi à l'analyse d'Eric Dupin, car je la partage entièrement et il en parle mieux que moi). Avec son virage social-libéral (analysé comme tel de partout, par tous les observateurs, les journaux, même les plus libéraux qui ont la Gaulle) il se coupe de victoires électorales, d'une majorité pour gouverner, etc. Dans ces conditions, comment s'étonner que la gauche fasse le peu qu'elle soit encore en capacité de faire : envoyer des messages politiques au Sénat ? Rassurez-vous, le dernier mot ira toujours au Parlement. Ce que je peux vous dire, c'est que je ne voterai plus PS en l'état (sauf évidemment à la Présidentielle, mais de suite après je voterai pour une autre majorité, plus à gauche, échaudé par l'eau tiède que je suis).
    Ah, tenez un petit article qui tombe à pic sur le virage de François Hollande (un énième article sur le sujet) : http://t.co/RCggFK2B

    RépondreSupprimer
  11. J'en ai ras le bol de lire ce genre de billet (n'y voit rien de personnel). D'abord je voudrais signaler que le FdG ne vote pas AVEC la droite ( même si ça vous arrange de lire l'histoire comme ça), mais bien contre des propositions de loi qui sont à l'encontre des idées défendues par le programme de "l'humain d'abord". Tu évoques que l'abstention pourrait être une éventualité. Laquelle ? la positive ? On s'en est assez moqué…
    Sur les accords locaux, en vue des prochaines échéances, je te confirme, pour être en plein dedans, que oui, on va bien se marrer. Parce qu'il y a vraiment un souci de cohérence, se rencontrent, régulièrement, les amis du FdG et …EELV. Et ceux qui viennent nous faire des yeux de biches sont bien les socialistes qui, sur place, se sentent de plus en plus isolés.

    Quant aux coms de Jegoun, je le dis en toute amitié, mais profondément excédée par son mépris constant "des crétins du FdG", qu'il ne s'inquiète pas, le balai est bien en train d'être passé. Rira bien qui rira le dernier. Si j'en crois ce que je lis, Hollande serait passé de justesse grâce au soutien de Bayrou (CQFD). Quid des 4M du FdG ??
    Ça suffit d'être méprisé, insulté, rabaissé, humilié. Nous ne valons pas moins que vous. Je m'honore d'avoir conservé la totalité de mes abonnés socialistes avec qui, il m'arrive encore d'échanger dans la joie et la bonne humeur. Nous avons des opinions divergentes. Et alors ? Ce n'est pas ça qu'on appelle la démocratie ?

    Par souci de cohérence, il y a encore une chose que je souhaite rajouter. Le 6 Mai, nous avons voté CONTRE Sarko. En aucun cas POUR Hollande. On l'oublie trop souvent je crois.

    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Corinne,

      Je dis que la gauche a fait 45 % au premier tour. Je compte le FdG dedans. Il fallait 5% de plus pour gagner. Si tu ne comprends pas ça, j'ai raison de parler de cretins.

      Supprimer
  12. Hum. Tout le monde a le droit d'être arrogant de temps en temps. Il ne faut juste pas que ça devienne systématique.
    http://blogs.mediapart.fr/blog/shrewd/151112/dans-le-fond-tous-une-bonne-raison-den-vouloir-au-ps

    RépondreSupprimer
  13. Les députés et sénateurs FdG respectent le programme sur lequel ils ont été élus, eux. On ne peut pas leur reprocher de voter un budget sécu qui n'a pris en compte aucun de leurs amendements et qui va dans le sens de plus de précarité et plus d'inégalités.
    Les parlementaires FDG sauvent l'honneur de la gauche.
    Alors oui, le PS a fait 2.5 fois plus de voix que le FDG mais il y a eu un effet vote utile, la peur d'un FN au second tour et puis certains ont cru au slogan mensonger sur le changement.
    Et puis au second tour des législatives, ils ont quand même voté pour le PS si le FDG était éliminé.
    On aurait pu attendre une prise en compte des aspirations de la gauche, un compromis qui aurait permis au FDG de voter. Mais non, seuls des amendements proposés par la droite ont été votés.

    Donc j'espère que les sortants PS ne comptent pas trop sur nous pour les faire réélire aux prochaines élections. Tant pis si la droite fait le grand chelem sur les régions.

    RépondreSupprimer
  14. Heu... Galmachin : pour que le FdG respecte son programme, il faudrait qu'il soit élu (à un truc important).

    RépondreSupprimer
  15. Voilà, c'est exactement ce type d'attitude que nous dénonçons : mépris, insulte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui t'empêche donc de répondre sur le fond, à savoir que vous de représentez que 11% des électeurs.

      Supprimer
  16. pas 11% mais 6,95% aux législatives.

    RépondreSupprimer
  17. Et alors, parce qu'on n'est pas majoritaire on doit renoncer à ses convictions ? Et êtes vous bien certain que le PS aurait fait le même score s'il avait annoncé avant les élections qu'il ratifierait le traité Merkozy, que dix ministres feraient allégeance au medef, qu'il offrirait 20Mds au patronat sans contrepartie, qu'il augmenterait la TVA, renoncerait à réguler les banques, sans oublier les vallseries.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.