Les auto-entrepreneurs, ces pigeons qui n'en sont pas #geonpi

Depuis la publication du projet de loi de finances vendredi 28 septembre, certains auto-entrepreneurs à tendance libérale couinent et râlent sur internet et sont repris par une presse pour le moins complaisante à leur égard et beaucoup moins prolixe sur les 8,5 millions de pauvres que compte notre pays.

Ceci étant dit, pensez donc qu'il est demandé par le gouvernement un effort fiscal à ces pauvres hommes et femmes qui se démènent tous les jours pour faire tourner leur boutique, leur petite boite qu'à force de volonté ils ont réussi à faire fonctionner. 

Ces messieurs - dames ont une haute opinion d'eux même et pensent que "la prise de risque" doit en contrepartie être récompensée et moins taxée que les autres probablement. S'il prennent des risques c'est à n'en pas douter dans l'espoir de réussir et par conséquent de faire des gains importants voire très important et par voie de conséquence l’impôt est où doit être proportionnel.


Ainsi selon eux probablement que l'ouvrier qui travaille de nuit n'a pas à réfléchir car il ne prend aucun risque lui, il vient quand son patron lui ordonne de venir et que dire de ces infirmières qui de gardes de jour en gardes de nuits s'investissent aussi auprès de leurs patients, sans parler de ces personnes travaillant sur des plate-forme téléphonique qui dépriment en raison d'un stress devenu trop important ?


Mais de quel effort s'agit-il ?

1°) Une hausse des cotisations de 2 à 3 points sans que le régime auto-entrepreneur n'en soit modifié puisqu'il va garder ses spécificités à savoir des cotisations simplifiées calculées sur la base du chiffre d’affaires et pas de forfait en l’absence d’activité. La fiscalité libératoire sera possible en option, les démarches simplifiées, “si les autoentrepreneurs gagnent zéro, ils continueront de payer zéro”. Je résume :

  • Activité de vente : 14% au lieu de 12% à ce jour 
  • Activité Libérale : 21,3% au lieu de 18,3% 
  • Activités de service et artisanale : 24,6% au lieu de 21,3%
De mon point de vue il n'y a pas de quoi sauter au plafond et se prendre pour un pigeon.

2°) L'imposition des plus-values sur actions, identique au barème de l'impôt sur les revenus (au lieu du prélèvement libératoire de 19%)

Alors là, c'est le sujet majeur qui fâche car évidemment ces messieurs - dames se placent déjà dans l'hypothèse ou ils revendraient leur affaire ce qui est assez étonnant comme raisonnement pour des entrepreneurs aux taquets et penser un instant qu'ils pourraient avoir à payer des sommes bien supérieures à leur régime privilégiés de 19% de prélèvement libératoire, leur est impossible et impensable.


Les détails ici : - plus-value à 60% et ici Argumentaire et explication de Bercy


Au final, que les « autoentrepreneurs » libéraux dans l’âme râlent n’a rien d’étonnant, ils sont libéraux et honnissent tout ce qui est Etat et impôt. Ils ont une propension avérée à ne penser qu’en Je et en Moi, la solidarité leur est un mot inconnu surtout quand elle est fiscale.

Alors qu’il y a 

  • 5 millions tout compris de personnes sans emploi, 
  • 8,5 millions de pauvres, 
  • 1600 milliards de dette, 
  • un déficit abyssal 
ces messieurs - dames ne semblent pas être concernés par les problèmes de déficit et de dette de notre pays et voudraient comme si de rien n'était, continuer ainsi sans faire preuve un seul instant de solidarité.

Il me semble donc que pour redresser la France et les comptes de la nation tout le monde doit mettre au pot commun à due proportion de ses revenus ou bénéfices ou plus-values, sans que quiconque n’en soit exclu.

C’est le sens, comme d'autres, de cette mesure gouvernementale.


Je vous propose de la lecture et des explications sur le sujet :


Commentaires

  1. La France est malheureusement déjà à la traîne niveau innovation. En rajouter risque d'être contr-productif.

    RépondreSupprimer
  2. Opposer petits entrepreneurs et ouvriers est d'une grande imprudence, pour rappel les auto-entrepreneurs gagnent en moyenne 4500€/an et sont des artisans à leur compte, rien à voir avec le grand capital, c'est une activité annexe, un plus en ces temps difficiles. Quant à la prise de risque, elle est bien réelle pour ces gens qui dans de nombreux cas investissent leurs économies dans leurs
    affaires..
    Mais comme d'habitude

    RépondreSupprimer
  3. En fait, pourquoi vous parlez des auto-entrepreneurs ??? Aucun rapport.

    RépondreSupprimer
  4. Cher Camarade,
    Peux tu me décrire davantage ce modèle idéal de société dont tu nous parles et dans lequel, grâce à la bienveillance de l'Etat, le bon ouvrier ou l'infirmière qui travaille de nuit (sans doute pas ton cas) et le chef d'entreprise qui l'exploite (certainement pas ton cas) auront une rémunération identique ?
    Au plaisir de te lire...

    RépondreSupprimer
  5. Fantastique niveau de connerie dans ce post.

    Donc des personnes qui prennent sur eux et sur leurs biens (faudrait pas croire que les banques prêtent sans garantie) le risque de créer des entreprises et par la même occasion paient des salaires et des taxes sont des ennemis du peuple?

    La différence entre l'ouvrier qui travaille de nuit et l'entrepreneur c'est que paie tombe tous les mois. Et si son entreprise se casse la gueule l'ouvrier perd son travail et l'entrepreneur son travail et sa maison ainsi que plusieurs années passer à galerer pour joindre les deux bouts.

    RépondreSupprimer
  6. coin : l'égalité devant l'impôt ça vous dit quelque chose ? non visiblement

    RépondreSupprimer
  7. Vous voulez parler des 1/10 des contribuable qui paieront pour le reste?

    RépondreSupprimer
  8. Con : qui paieront parce qu'ils ont beaucoup plus d'argent que les autres.

    RépondreSupprimer
  9. coin : ils paieront à due proportion de leurs revenus, franchement arrêtez de pleurnicher alors que vous n'aviez 19% de forfait jusque là.

    C'est là l'injustice

    RépondreSupprimer
  10. Nicolas: mais qui n'utiliseront pas plus que les autres les services de l'état.

    Pour en revenir à la question de l'égalité devant l'impôt. L'état a depuis toujours essayé d'influencer le comportement des contribuables à travers la fiscalité.

    Je pense qu'en fin de compte la France bénéficie plus quand quelqu'un utilise son capital pour créer une entreprise qui créera des emplois et paiera des impôts plutôt qu'investir ce même capital dans un joli appartement qui prendra de la valeur.

    Actuellement, la personne qui investit dans une entreprise sera largement plus taxé que celle qui investit dans la pierre (pas de plus value sur les résidences principales) quand elle revendra son bien.

    Cela ne vous semble pas un peu stupide?

    RépondreSupprimer
  11. Coin : il est facile de changer de sujet. Là, on comparait la fiscalité du travail et la fiscalité du capital.

    La personne qui vend son bien immobilier achètera autre chose parce qu'il faut bien habiter quelque part. La personne qui vend son entreprise et qui réinvestit l'argent dans une autre entreprise ne sera pas beaucoup plus taxé.

    Vous pleurez pour rien, sans savoir...

    RépondreSupprimer
  12. Donc pour vous investir dans la pierre ou utiliser ce capital pour fonder son entreprise c'est kif-kif

    RépondreSupprimer
  13. Je n'ai pas dit ça, j'ai dit que tu es hors sujet. Si tu trouves qu'il faut taxer plus les plus values en cas de vente d'une résidence principale, tu lances une pétition, un blog, une page facebook, ...

    RépondreSupprimer
  14. Mais c'est exactement à cause de cela que cela gueule. C'est plutôt vous qui êtes hors sujet sur ce coup là ...

    Vous pensez vraiment que lâcher son job pour monter sa boîte ce n'est pas courir un risque tant personnel que financier?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le risque est rémunéré par les plus values que tu vas toucher qui vont être largement supérieures que ce que peux espérer en étant salarié.
      En outre si tu fais une plus value notable, c'est que ta boîte marche. Tu te seras donc versé un salaire confortable et touché des bénéfices.

      Il n'y a donc strictement aucune raison pour que tes plus values soient moins imposées que le travail.

      Supprimer
  15. Encore faut-il que tu la touche ta plus value, ce qui est loin d’être sure. Ce qui est certain par contre c’est que tu vas :
    Devoir lâcher ton job bien payé
    Mettre tes économies dans ta boite
    Emprunter auprès de ta banque (si elle veut bien te prêter)
    Mettre ta maison en gage et probablement celle de tes parents (parce que sinon la banque ne prête pas)
    Bosser comme un ouf en te payant beaucoup moins qu’avant
    Eviter de faire faillite
    Trouver un repreneur
    Et peut-être te faire une plus value (sauf que l’état te prendra jusqu’à 60% sur la tranche marginale)

    Naturellement, si tout se passe pas comme convenu, tu te retrouves sans rien (plus d’économies, plus de maison, plusieurs années de salaire de l’ancien-job-que-tu-n’aurais jamais-du-quitter en moins).

    A y réfléchir, c’est plutôt mieux de rester dans l’ancien job à recevoir son salaire en fin de mois sans se poser trop de question… mais si tout le monde pense comme ca, c’est autant d’entreprises qui se créent en moins et autant d’emplois non-crées… pas grave pour un pays qui avoisine les 3 millions de chômeurs.

    Autant je peux comprendre pourquoi quelqu’un de gauche tape sur un financier ou un rentier mais sur quelqu’un qui cree des emplois… je n’y arrive pas.

    RépondreSupprimer
  16. Coin : je n'ai que rarement vu un crétin comme toi. Si tu ne touches pas ta plus value, qu'est-ce que tu en as à foutre de sa taxation.

    Tu ne comprends rien : je ne tape sur personne. Vous nous bassinez depuis quatre ou cinq jours avec des informations totalement erronées sans rien connaître au sujet, visiblement. Il y a d'ailleurs des entrepreneurs qui s'opposent aux "pigeons", c'est te dire.

    Je ne tape sur personne : un entrepreneur qui lance sa boite en pensant aux plus values n'est pas un entrepreneur mais un financiers.

    RépondreSupprimer
  17. Ah ouai... Donc c'est toi qui décerne des brevets de bons entrepreneurs et de mauvais entrepreneurs... C'est un peu comme les chasseurs, il y a les bons chasseurs et les mauvais.

    Je te ferai aussi remarquer qu'il y a des mecs de gauche qui eux ne pensent pas que l'entreprise c'est le mal.

    Si tu comprends pas pourquoi inciter les gens à fonder leurs entreprises c'est plutôt bon pour la France, je ne peux rien pour toi.

    Je suppose que tu es aussi contre la banque public d'investissement qui va justement prêter le fruit de tes impôts (si tu as la chance d'en payer) à de mauvais entrepreneurs?

    Tu en tiens une sacrée couche

    RépondreSupprimer
  18. Mais je ne pense pas que l'entreprise c'est mal. C'est toi qui prétends que je prétends. Les gens sont incités à fonder leur entreprise parce qu'ils vont gagner du pognon. Moi, je trouve juste de leur laisser gagner du pognon et de l'imposer comme tout revenu.

    Sinon, il faut aussi encourager l'art et l'immobilier, si tu veux.

    Et on en arrive à une fiscalité en gruyère avec 480 (de mémoire) niches fiscales, toutes jugés parfaitement justifiées par ceux qui en bénéficient.

    RépondreSupprimer
  19. Ben moi, je pense que donner un coup de pouce à ceux qui prenne le risque d'entreprendre n'est pas une mauvaise idée surtout si tu veux lutter contre le chômage.

    Et s'ils deviennent riche (le vilain mot) et créent au passage des emplois et génèrent des taxes, grand bien leur fasse.

    RépondreSupprimer
  20. Tu n'invites pas ceux qui entreprennent mais ceux qui vendent. Donc la spéculation et tout ça...

    RépondreSupprimer
  21. Donc tu voudrais que les entrepreneurs soient totalement altruistes... Tu souhaites donc qu'ils prennent beaucoup de risques, travaillent sans relâche sans jamais toucher le fruit de leur labeur?

    Tu leur en demandes beaucoup. Je ne dis pas que cela n'existe pas mais de telle personnes ne doivent pas courir les rues.

    Tu serais prêt à travailler pour rien si ton patron te le demandait?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toi qui invente le "sans jamais toucher le fruit".

      Travailler pour rien ? Ben oui, j'ai passé des soirées entières à faire du boulot commercial en plus de mes journées "de production". Sans jamais rien exiger en retour, espérant être récompensé...

      Supprimer
  22. Réponses
    1. Pourquoi ? Tu penses que tous les employés sont des enculés ? Tu mérite d'être taxé à 100%... Et tu comprendras probablement qu'avec de tels propos certains entrepreneurs sont haïssables.

      Supprimer
  23. Non. Je pense que travailler pour rien ne motive pas grand monde. C'est pareil que tu sois employé ou employeur.

    Je comprends pas ce que tu reproches a un gars qui bosse dur pendant 5 ans pour monter sa boite et vend ensuite.

    Il l'a déjà monter ce qui est déjà pas mal.

    Tu veux qu'il fasse quoi à la place, qu'il reste a bosser jusqu'à la fin de ses jours? T'es quand même un peu dur sur ce coup là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf ! S'il vend sa boîte avant sa retraite et ne réinvestit pas ailleurs, non seulement ce n'est pas un vrai entrepreneur mais en plus il mérite de payer des impôts.

      Tu n'as pas l'impression de tourner en rond ? Moi aussi tu me diras mais tu es sur un blog de gauche, tu n'auras pas le dernier mot.

      Supprimer
  24. ça va les gars ça papote et je vois que vous avez des points de vue opposés ce qui n'est pas surprenant.

    A vous lire je vois que je ne changerais pas une ligne au contenu de mon billet .

    Coin, désolé mais Nicolas et moi sommes convaincus que la justice fiscale passe par un effort à faire par ceux qui le peuvent, et il nous semble qu'il y a de la marge
    - chez les auto-entrepreneurs
    - chez les stés du CAC40 dont seulement 17 payent leur impôt en France,
    - chez les plus fortunés en rétablissant l'ISF que Sarkozy avait raboté de 2 milliards,
    - chez ceux qui gagnent plus 1 Millions...... j'arrête là

    C'est un état d'esprit, nous sommes de gauche, désolé, et je te remercie pour tes échanges ici.

    RépondreSupprimer
  25. Coin voilà la réponse de la ministre :

    http://www.liberation.fr/economie/2012/10/03/dans-la-crise-aux-cotes-des-entrepreneurs_850616

    RépondreSupprimer
  26. Tien, tien, une réaction de Madame la ministre.

    Pas mal pour une bande de galinacés.

    A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @coin
      Faut les laisser entre gauchos .. Tu pourras jamais les faire changer .... C'est dans leurs gènes . Il leur manque une partie du cerveau.

      Supprimer
  27. d'accord contre ce mouvement qui n'a pas lieu d'être encore que je peux comprendre certains arguments
    par contre je voudrai dire ici que certains secteurs tels que l'immobilier n'emploient plus aujourd'hui que des agents commerciaux ou des auti entrepreneurs et l'anpe est grande pourvoyeuses de ce types d'offres
    que faut il faire : rester au chômage ou tenter une nouvelle approche dans le secteur que l'on connaît tout en connaissant les risques

    est qu'un auto entrepreneur ou un artisan est plus souvent malade qu'un autre? fait il plus d'enfants? prend t il sa retraite plus tôt? alors pourqoui les taxer plus et en rajouter encore
    et pourquoi le gouvernement ne prend t il pas des mesures pour favoriser l'emploi de salariés?
    je ne pense pas que la baisse des charges patronales et une augmentation de la csg changent quoique ce soit!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...