Balkany qui affirmait qu'il n'y a pas de pauvres, dort dans une suite à 9 500 euros la nuit

Le Canard enchaîné révèle que Patrick et Isabelle Balkany, intimes de Nicolas Sarkozy, ont, la veille du meeting du candidat UMP à la Concorde, loué la suite la plus chère de l'hôtel Crillon place de la Concorde à PARIS, au prix de 9 500 euros la nuitée. Oui vous avez bien lu, 9 500 euros la nuit !
 
"Il s'agissait de fêter notre 36e anniversaire de mariage", indique isabelle Balkany grande admiratrice de Sarkozy et explication vaut son pesant d'or. "On allait à la Concorde dimanche après-midi et l'occasion fait le larron. On s'est donc fait une séquence nostalgie avec mon mari, qui voulait me faire plaisir. On s'est fait un plateau télé le samedi soir."

Pour les non habitués des lieux, la place de la Concorde est à exactement 5,2 kilomètres de Levallois-Perret







Balkany vous vous rappelez c'est ce proche de Sarkozy qui affirmait en 2005 qu'il n'y avait pas de pauvres en France, il avait été interviewé par un faux journaliste de l’équipe des "Yes Men" pour une chaîne de télévision américaine parfaitement fictive.

Le journaliste : 

"Quand je me balade à Paris, lui dit le journaliste, c’est si beau, si français. Mais dans les villes américaines, les pauvres sont partout, ce n’est pas très beau à voir, c’est le bazar. Comment avez-vous fait, en France, pour inciter les pauvres à quitter le centre-ville et à vivre en banlieue ?" 

La réponse de Balkany :  

"Ce que vous appelez les pauvres, je suis désolé de vous le dire, ce sont des gens qui gagnent un peu moins d’argent. Mais comme ils gagnent moins d’argent, ils ont les mêmes logements que les autres, sauf que, eux, ils les payent moins cher. Et ils vivent très bien. 

Nous n’avons pas de misère en France. Il n’y a pas de ce que vous appelez "les pauvres". 

Bien sûr, il y a quelques "sans domicile fixe", qui, eux, ont choisi de vivre en marge de la société. Et même ceux-là, croyez-moi, on s’en occupe. Il y a des foyers d’accueil parce que, en hiver, en France aussi, il fait froid, et il n’est pas question de laisser dehors les gens qui sont dans la misère. 

Donc nous leur donnons des asiles, on leur donne à manger, on les lave, on leur donne tout ce dont ils ont besoin. Mais ce sont des gens relativement rares, qui ont décidé, une fois pour toutes, qu’ils étaient en marge de la société, qu’ils ne voulaient pas travailler ou qu’ils avaient été rejetés par la société. »




Balkany pas de Misère en france par EDDIE_466


Et oui ils sont comme ça à l'UMP les copains du candidat Sarkozy, c'est le bling-bling permanent, ils claquent 9500 euros pour dormir à 5 kilomètres de chez eux, je crois pouvoir affirmer sans beaucoup me tromper que "nous n'avons pas les mêmes valeurs".

4 commentaires:

  1. Je crois que ça doit être le pourri number one de l'UMP celui là.

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas Doisy explique comment François Hollande va libéraliser le marché du travail en France.

    Nicolas Doisy explique comment François Hollande va supprimer le CDI (Contrat à Durée Indéterminée).

    Lisez cet entretien, et regardez cette vidéo scandaleuse :

    - François Ruffin : Si je fais un récapitulatif, je me suis amusé à faire des cas à partir de votre document :
    Cas n°1 : François Hollande est conciliant, il revient de lui même sur ses maigres promesses de campagne, il libère le marché du travail et en finit avec le CDI comme norme de travail.
    Cas n°2 : il lui faut une petite pression de ses partenaires européens, une petite concession qui lui sert de prétexte, et derrière il libéralise le marché du travail.
    Cas n°3 : il refuse de se plier à ce programme de libéralisation, à cette injonction, et alors les marchés vont le punir, le rappeler sérieusement à l’ordre.

    - Nicolas Doisy : Oui.

    - François Ruffin : Donc là, jusque-là dans les trois cas, quand vous dites, « soit les électeurs, soit les marchés seront déçus », dans les trois cas c’est toujours les électeurs qui seront déçus et les marchés qui gagnent ?

    - Nicolas Doisy : Oui oui. Eh bien regardez la Grèce, regardez l’Espagne, regardez l’Italie, regardez tout ce qui se passe en Europe depuis 2010. On a bien vu que de toute façon, à la fin, c’est le marché qui l’emporte. Je ne vais pas encore dire que le marché a nécessairement raison au sens moral du terme, en tout cas il aura raison factuellement puisqu’il s’imposera, c’est clair. Donc, c’est de ce point de vue-là que je le dis, oui en effet. Vous avez raison, les électeurs risquent d’être plus perdants que les marchés.

    - F.R. : Je propose un quatrième cas, l’irruption du peuple sur la scène de l’Histoire.

    - N.D. : La prise de la Bastille numéro 2 ?!

    - F.R. : Hier, à Paris, y avait, bon, on va pas chipoter, 80 000, 90 000, 100 000, 120 000 manifestants à l’appel du Front de gauche. Si, comme en 1936, on avait une élection qui était suivie de mouvements de masse, de manifestations, de grèves…

    - N.D. : Qu’est-ce qui se passerait en Europe ? Ben là je crois que c’est le gros coup d’angoisse, parce que si, quand les grecs manifestent, on a déjà une Europe qui se sent sur le point d’exploser, je vous laisse imaginer pour la France. C’est bien pour ça que je passe mon temps à répéter dans cette note que j’espère bien que François Hollande, se souvenant de ses années de formation en 81-83 auprès de François Mitterrand, évitera précisément de laisser se développer ce genre de scénario à nouveau, ou en d’autres termes trouvera la formule politique qui lui permet de vendre les réformes à la population française d’une façon qui soit acceptable…

    http://vimeo.com/40577072

    La vidéo dure 10 minutes.

    RépondreSupprimer
  3. LA PAUVRETÉ N'EXISTE PAS EN FRANCE

    La définition de la pauvreté en France actuellement c’est le fait, par exemple, de ne pas avoir d’accès à INTERNET chez soi.

    Ou de ne pas posséder de téléphone portable.

    Et de bien d’autres choses équivalentes en termes de besoins "vitaux" :

    - ne pas réveillonner
    - ne pas manger de viande, ou n’en manger qu’une fois par semaine
    - se priver des cadeaux de Noël
    - rester dans sa région durant les vacances
    - se déplacer en mobylette (pire : à vélo) plutôt qu’en voiture

    Et lorsqu’on est propriétaire d’une automobile, on est tout de même désigné comme une victime de l’injustice du système si celle-ci est vieille, sale, démodée, rayée, cabossée...

    On considère également que se “vêtir dignement” c’est être habillé à la mode. Ne pas l’être est perçu comme une marginalisation insidieuse.

    Quant à la misère, toujours selon cette définition officielle que j’estime abusive, cela signifie ne pas avoir d’eau du robinet, de chauffage ou l’électricité. A mon sens pouvoir se passer de l’onde domestique, de la chaleur accessoire et du courant électrique ce n’est pas de la misère mais au contraire une richesse, un privilège que seuls les esprits supérieurs savent goûter avec poésie : esthètes de haut vol, mystiques, grands artistes, vieux sages.

    Sans cesse gavés de toutes sortes de futilités, les éternels geignards que je raille si férocement ne pourront jamais être sensibles aux raffinements et délices rafraichissants du dépouillement matériel...

    En ce qui me concerne, je vis parfaitement bien sans chauffage, sans portable, sans cadeaux de Noël, sans vacances, sans réveillons. Et sans mets carnés puisque je suis végétarien. Mais avec un vélo car j’utilise quotidiennement mes mollets, surtout quand il gèle !

    Pour moi la réelle indigence c’est le fait de ne pas manger à sa faim tous les jours, de ne pas pouvoir se laver, endurer péniblement le froid. Etant donné mes maigres revenus et mes moeurs frugales, je suis censé appartenir à l’espèce des malheureux. Or je mange à ma faim, suis propre et ne souffre nullement du froid puisque je l’affronte avec joie et santé.

    RépondreSupprimer

La "modération des commentaires" est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

Sachez tout de même que les commentaires à caractère raciste, antisémite et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.

En règle générale, les commentaires haineux, injurieux, racistes ou diffamatoires seront également bannis.