Claude Guéant et Brice Hortefeux : La sécurité en déroute

Bon on a tout dit ou presque sur les déclarations de Claude Guéant toujours prompt à ratisser large vers les électeurs de Front Natuional. Après Hortefeux et son débat sur l'identité nationale, nous voici avec une civilisation qui serait supérieure à une autre. Voilà bien deux inepties qui n'ont rien à envier aux thèses frontistes.

Pour autant Hortefeux et Guéant ont tour à tour été ministre de l'intérieur qui comme chacun sait est en charge de la sécurité. Quand on regarde le bilan de la politique menée, on se dit que ces deux là feraient bien de cesser de fanfaronner et de se la raconter. Au lieu de balancer des conneries à la face des musulmans ils auraient mieux fait d’obtenir des résultats dans leur champ de compétence.

Ah mais pour être objectif, je dois reconnaitre que leur seul résultat positif est celui de la sécurité routière. A coup de radars mobiles et de radars fixes, la mortalité observée a considérablement chuté au cours de ces dernières années. C'est bien.

En attendant pendant que Guéant distrait la France avec ses petites phrases, de son côté François Hollande bosse et il propose de mettre en œuvre une nouvelle sécurité de proximité assurée par la police dans nos quartiers et la gendarmerie dans les territoires ruraux.
  • Créer des zones de sécurité prioritaires où seront concentrés davantage de moyens.
  • Doubler le nombre de centres éducatifs fermés pour les mineurs condamnés par la justice en les portant à 80 durant le quinquennat.
  • Créer, chaque année, 1000 postes supplémentaires pour la justice, la police et la gendarmerie.


Dijon : "Je fais de la sécurité un enjeu au... par francoishollande
 

D’après l'observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), les atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes ont augmenté de 21,2 % en France métropolitaine de 2002 à 2010. 
Les interpellations pour usage de drogue sont quant à elle passées de 70 000 en 2001 à 140 000 en 2009.

Les infractions contre les représentants de l’autorité publique ont également augmenté d’environ 17 % de 2002 à 2009.

Par ailleurs, 130 000 condamnations ont été prononcées mais non appliquées.

Enfin, 10 000 postes de policiers ont été supprimés par Nicolas Sarkozy Président de la République après que 10 000 aient été créés de 2002 à 2007 par Nicolas Sarkozy Ministre de l'intérieur.

Alors Messieurs Hortfeux et Guéant seraient bien inspirés de faire profil bas, eux qui ont une naturelle tendance à penser qu'ils sont les seuls à "rétablir la sécurité" ce que les faits contredisent.


Commentaires

  1. Oui profil bas, parce qu'ils n'ont pas de quoi pavoiser...

    RépondreSupprimer
  2. Affaire Bettencourt. Eric Woerth mis en examen pour trafic d'influence passif.

    "M. Eric Woerth a été entendu ce jour à partir de 9h30, dans le cadre de l'information judiciaire suivie par M. Jean-Michel Gentil, Mme Cécile Ramonatxo et Mme Valérie Noël, des chefs de trafic d'influence actif commis par un particulier, trafic d'influence passif commis par une personne investie d'un mandat électif public, financement illicite de parti politique ou de campagne électorale", indique le communiqué.

    "A l'issue de cette audition qui a pris fin à 21h50, il a été mis en examen du chef de trafic d'influence passif, délit prévu et réprimé par les articles 432-11 et 432-14 du Code pénal", ajoute le parquet.

    Le délit de trafic d'influence est puni de dix ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende.

    http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/affaire-bettencourt-eric-woerth-mis-en-examen-pour-trafic-d-influence-passif-08-02-2012-1594890.php

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.