Alors qui choisir : Aubry ou Hollande ?

Je me pose cette question depuis dimanche soir, tout à la joie du très bon résultat d'Arnaud Montebourg. Je pensais pouvoir être éclairé par le débat d'hier soir mais, patatras mes certitudes se sont effondrées.

Pourquoi ? Tout simplement parce que je partais depuis dimanche soir avec un à priori favorable à Martine Aubry que l'on nous disais plus à gauche que son concurrent mais en réalité j'ai été déçu par la maire de Lille hier soir et pas convaincu par sa réponse à Arnaud Montebourg.

Les banques :

Hier soir par exemple, elle parlait nationalisation (je cite Martine Aubry : "Réellement, on ne peut pas dire qu'on nationalise sans les titres de propriétés. Ce n'est pas possible") quand le journaliste lui parlait de mise sous tutelle des banques, ce qui dénote une méconnaissance du sujet et qu'elle n'a pas travaillé ce point sérieusement.

François Hollande de son côté à mes yeux a marqué un point quand il affirmait hier soir "s'il y a des banques qui font des pertes et d'autres qui font des profits, parce qu'il y a des banques qui continuent à faire des profits : il faut que les banques qui ont fait des profits financent les banques qui ont fait des pertes"  ce qui est une nouveauté dans son projet. A la question de savoir  si l'État peut l'imposer ? François Hollande a répondu"C'est la loi qui peut le faire". Parfait !

La dette :

A propos de la dette, je dois dire que ni l'un ni l'autre n'ont évoqué la mise en place de la taxe sur les transaction financière en France même si l'Europe ne la mettait pas en place (rappel pour l'Europe : il faut l'unanimité des membres de de l'union européenne pour la mettre en place ce qui a peu de chance d'être fait).

Cette taxe Tobin, en matière de désendettement, ne ferait pas supporter aux François le poids du remboursement de la dette. Même avec une réforme de la fiscalité que tous les deux ont évoqué, ce sont bien les Français de toute nature qui paieront et cela n'est pas acceptable. Je rappelle volontiers qu'une taxe de 0,1% rapporterait en Europe 240 milliards d'Euros.

Le montant annuel des transactions financières dans le monde représente 60 fois la richesse mondiale. Cela montre bien que l’essentiel des richesses aujourd’hui sont des richesses financières, réparties de manière très inéquitable, et que c’est là que la fiscalité doit peser.

Le déficit :

François Hollande et Martine Aubry de concert sont d'accord pour respecter, en temps de crise, les 3% du traité de Maastricht alors même que ce cirière n'était respécté que par 2 pays européen avant la crise. C'est là absolument incroyable puisque ces critères créés il y a 20 ans sont totalement désuets.


Démondialisation :

Martine Aubry évoque le juste échange qui figure dans le projet socialiste, alors qu'Arnaud Montebourg parle de démondialisation ce qui n'est absolument pas la même chose.De plus sa méconnaissance grossière du sujet l'amène a faire des parallèles douteux, je cite Martine Aubry "je crois qu’aujourd’hui entre le libre-échange et ce que propose finalement madame Le Pen, c’est-à-dire fermer les frontières, c’est-à-dire faire en sorte que tous ceux qui travaillent actuellement pour l’exportation ne puissent plus le faire, qui est une fausse réponse, et bien nous avons une réponse qui passe par la concertation, la réciprocité et l’obligation si on n’arrive pas à avoir des accords. Plus loin elle précise : "Quand Arnaud Montebourg parle de démondialisation, on ne va pas revenir sur la mondialisation et je le dis, moi, heureusement"

Arnaud Montebourg n'a jamais parlé de fermer les frontières et il est parfaitement,t scandaleux de comparer ses propositions en matière de démondialisation et de protectionnisme européen à celles de l'extrême droite.

Martine Aubry est d'une médiocrité affligeante sur ce point clé !

François Hollande  lui confirme aussi  "Moi, je n’ai jamais été pour le protectionnisme, mais je suis pour une stratégie offensive. Je ne suis pas pour me mettre derrière des barbelés. En même temps, je ne veux pas être naïf non plus et innocent en disant : « Venez, Venez, produits chinois, prendre nos emplois ». Non, mais je veux une stratégie offensive, sur les nouveaux secteurs industriels, sur ceux qui vont être dans les biotechnologies, ceux qui vont être dans la recherche sur les transitions énergétiques, bref tout ce qui va faire l’industrie automobile, l'industrie aéronautique, tout ce qui fait le fleuron de notre industrie d'aujourd'hui et de demain, je suis pour que l'État définisse avec les grandes entreprises, avec les PME, avec les régions cet acte de stratégie industrielle.


François Hollande n'apporte donc aucun espèce de réponse concrète en matière de protectionnisme européen

La 6ème république : 

Pour Martine Aubry je n'ai pas noté dans sa réponse d’éléments qui me font penser qu'elle a fait de gros effort autre que de reprendre le projet PS, elle parle de d'une réduction des trains de vie avec 30% de réduction du salaire du président de la république quand on attend qu'elle détaille une réforme des institutions.

Pour François Hollande les idées sont plus claires : "il faudra faire le statut pénal du chef de l'État. Il n'a pas à être irresponsable. Deuxième réforme à faire, il n'a pas à faire pression sur la justice. Il y aura donc l'indépendance de la magistrature et la fin de la nomination des parquets, des procureurs comme c'est le cas aujourd'hui. Il faut que ce soit une République exemplaire également sur le plan des nominations. Le conseil constitutionnel, je vais faire la proposition d'une réforme du conseil constitutionnel. Ce n'est plus possible que ça se fasse avec des nominations qui viennent du président de la république ou des présidents de chacune des assemblées. Il faudra que ce soit contrôlé par le parlement." 

"Et puis République exemplaire également sur la question de la réforme des modes de scrutin parce qu'il faut qu'il y ait un parlement qui puisse augmenter la diversité de notre pays, le pluralisme de notre pays. Et enfin, République exemplaire sur l'audiovisuel, il en sera terminé de la nomination par le chef de l'État du président de l'audiovisuel. Deuxième principe que je veux poser, c'est la République contractuelle. C'est-à-dire que le président de la république ne peut pas décider pour tous, de tout, partout. C'est quoi la république contractuelle ? C'est premièrement avoir un contrat avec les collectivités locales, la décentralisation mais aussi le rapport avec les élus locaux. "

De mon point de vue François Hollande commence à s'attaquer à la réforme des institutions, je juge cela parfaitement positif. 

Bon voilà je crois que ma réflexion avance

Commentaires

  1. Nous avons deux avis divergents, je suppose que tu liras chez moi. Pour moi la clé est sur ce Contrat de génération inefficace et obsolète (offrir des réductions de charges quand on doit rééquilibrer les comptes sociaux!) auquel il s'accroche.
    Ce gars n'est pas réaliste, il rêve un pays de bisounours!
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. zut ! t'aurais pu publier ton billet avant Melclalex ! j'ai pas pu t'épingler là... comme tous els autres. Et pourtant, toi aussi, je t'aime bien ! Et qui aime bien.. tu connais la suite.

    http://gauchedecombat.wordpress.com/2011/10/13/jose-manuel-durao-barroso-va-te-faire-voir-chez-les-grecs/

    RépondreSupprimer
  3. Allons messieurs n'allez pas me dire qu'Aubry a marqué des points hier soir ?

    Je cite à dessein ses propos et comparer le point de vue de Montebourg à celui de Le Pen est absolument scandaleux et ne doit rester sous silence.

    Et puis on voit bien qu'a part sur la 6ème république ou Hollande se détache largement le reste est assez équilibré même si hollande gagne des points sur les banques

    donc pas d'emballement erroné, mon bulletin de vote n'est pas encore décidé

    RépondreSupprimer
  4. L'avis de Jacques Sapir sur le débat d'hier :

    http://www.atlantico.fr/decryptage/debat-aubry-hollande-analyse-jacques-sapir-economiste-demondialisation-201807.html

    RépondreSupprimer
  5. Difficile exercice que celui d'hier soir, les deux candidats ont dû montrer qu'ils restaient cohérents avec ce qu'ils avançaient avant le premier tour...
    Reste que les primaires doivent permettre de confronter les idées, et je dois dire que je reste également sur ma faim...

    Je pense néanmoins, et même si ça n'a pas semblé transpirer hier soir (parce qu'il faut conquérir tous les électeurs...), que Martine Aubry est plus proche de "l'offensive protectionniste" qu'il nous faut...

    RépondreSupprimer
  6. Hollande à l'évidence. 100%
    Le contrat de génération n'est pas du tout un mal.

    RépondreSupprimer
  7. Nous n'avons pas dû suivre le même débat car les explications de Aubry quant à la "démondialisation" était bien plus détaillée et claire que l'extrait proposé ici.

    C'est Aubry qui ressort de ce débat, avec bien plus de niak que le nigaud François, prêt à dire n'importe quoi, comme un certain Chirac ou Sarkozy, pour capter l'attention.

    Ce qui ne veut pas dire qu'in fine, on votera PS à la prochaine élection ;-))

    Hâte d'avoir l'avis du dandy de Saône & Loire

    RépondreSupprimer
  8. Rebelles à la lumière

    Lumières !
    Le siècle des lumières... Le 18ème siècle
    La Goutte d'or française
    Que l'on doit à Montesquieu Rousseau ou Voltaire...
    Où l'on apprend que le meilleur de nous-mêmes, ce sont les autres...
    Le meilleur souverain : le peuple
    Le meilleur chemin : une loi qui libère et une liberté qui légifère... vive la France... A bas la souffrance!
    Et le 21ème siècle s'empara de l'affaire...

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/10/rebelles-a-la-lumiere/

    RépondreSupprimer
  9. @cpolotif la niak comme tu dis ne suffit pas à répondre aux sujets qui moi m'interpellent et désolé mais elle a été :
    - mauvaise sur la démondialisation et le protectionnisme européen,
    - sans véritable proposition sur les institutions
    - niak sur les banques mais c'est Hollande qui sort une proposition parfaite sur les banques riches qui aident celles en difficultés


    Effectivement nous n'avons pas vu le même débat sauf que moi je n'ai pas de parti pris, je ne suis ni pour l'un l'autre et je constate leur point de vue sur les éléments qui m'ont fait voter Montebourg au 1er tour

    RépondreSupprimer
  10. Melclalex : le Contrat de Génération ! C'est ça qui révèle Hollande dans sa vision erroné.
    Il veut ne pas faire évoluer le milieu professionnel (nouveaux métiers et toussa) et offre de nouveau aux entreprises de ne pas payer les charges sociales. Trou dans la Sécu à venir…
    :-)

    RépondreSupprimer
  11. Bien beau tout ces discours, attendons de voir ce qui sera réellement mis en place... on se fait tout simplement endormir par ces politiques!

    RépondreSupprimer
  12. Regardez un peu du côté de François Bayrou pour les déçus de l'UMPS, vous verrez que c'est l'homme de la situation pour 2012.
    Il a la carrure du futur Président de la 6ème République et il peut parfaitement confié un Ministère à Arnaud Montebourg.

    RépondreSupprimer
  13. Même si j'ai le sentiment que Aubry est plus résolument décidée à donner une inflexion à gauche, j'ai retrouvé lors de ce débat ces logiques d'accompagnateurs du système qui m'avaient portée à voir en Montebourg une alternative bien plus intéressante.
    Aucun des deux ne m'a convaincue sur les réponses apportées aux questions soulevées par Montebourg.
    Je n'ai pas non plus apprécié leur manière d'aborder la question des services publics : à quelques nuances près, ils semblent tous les deux vouloir refiler le bébé aux collectivités, mais sans argumenter sur ce que cela apporterait au pays, ni comment s'assurer que cela ne crée pas des inégalités à l'échelon national.
    Bref, comme Rimbus, je crois que moi aussi je vais voter blanc.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.