KarachiGate : Que Sarkozy respecte les morts et les familles endeuillées

Voilà que le feu gagne toute la droite et plus particulièrement les proches de Nicolas Sarkozy. Cette affaire Karachi tourne au vaudeville où les histoires d'argent, de mallettes, des commissions, d'écoutes, des rétro-commissions de financement occulte de campagne électorale, de trafics divers et variés etc...... sont légion.

Bref que des histoires de magouilles répugnantes qui, il faut le rappeler, semblent bien à l'origine de la mort  de 14 personnes, dont 11 employés français de la Direction des constructions navales (DCNS). Le bus militaire dans lequel ils étaient a été pulvérisé devant l’hôtel Sheraton de Karachi par un kamikaze au volant d’un faux taxi.

Alors que Sarkozy et ses sbires cessent ce jeu du chat et de la souris avec la justice et qu'ils aient une pensée pour les victimes et leurs familles, qu'ils respectent ces familles meurtries à jamais, ces orphelins, ces veuves.

Oh je sais je suis naïf, ils ne pensent tous qu'à planquer leur trafic, à étouffer les sources mais je crois bien que cette fois ci, c'est bien parti pour leur péter à la figure. Et c'est tant mieux !

J'ai vraiment honte d'être gouverné par de telles personnes.

Commentaires

  1. Affaire Karachi : "Si Sarko passe pas, ils sont tous morts".

    En plaçant sur écoute un portable de Thierry Gaubert, la police capte, le 19 juillet, une conversation entre sa fille, Nastasia, et un ami, David C., portant sur les révélations que la femme de M. Gaubert pourrait faire à la police.

    - Nastasia : "En fait, ils ont trouvé un compte aux Bahamas, et euh... mon père l'avait mis au nom de ma mère."

    - David : "Oui, oui."

    - N. : "Donc voilà. Il a dit à ma mère : si tu craques euh..., toute la famille saute, on saute tous (...) Il lui a dit euh... vraiment, on est dans la merde."

    - D. : "Putain."

    - N. : "Ouais. Et euh... personne pour l'aider parce que euh... Copé est trop dans la merde. Hortefeux est trop dans la merde. Et si euh... Sarko ne... ne passe pas au deuxième tour, euh... lui aussi est (inaudible) dans la merde et personne ne l'aide. Il a dit... Mon père, il a dit à ma mère : personne m'aidera. Parce que tout le monde est dans la merde (...). Sarko, il veut même pas l'aider. Enfin là, ça va encore, mais si... si Sarko il passe pas en 2012 euh..., vraiment, ils sont tous dans la merde."

    - D. : "Ah là je crois que si Sarko il passe pas, ils sont morts."

    - N. : "Ah ouais. Tous."

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/09/23/affaire-karachi-si-sarko-passe-pas-ils-sont-tous-morts_1576938_823448.html

    RépondreSupprimer
  2. Des documents découverts chez Gaubert : un transfert de 10 millions de francs.

    Les policiers, qui enquêtent sur le financement controversé de la campagne présidentielle de Balladur en 1995 dans le cadre de l’affaire Karachi, ont découvert lors d’une perquisition au domicile de Thierry Gaubert, un ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et proche de Brice Hortefeux, des documents bancaires compromettants, selon les informations recueillies par Europe 1.

    Parmi ces documents, se trouve un relevé du transfert de fonds effectué entre un compte bancaire en Suisse et un paradis fiscal. Un transfert de 10 millions de francs, une somme qui pourrait correspondre à l’argent en espèces considéré comme litigieux dans les comptes de campagne d’Edouard Balladur.

    D’autres documents bancaires datant des années 1990-1995 ont aussi été trouvés par les enquêteurs. Particularité : ils portent la signature de l’épouse de Thierry Gaubert, Hélène de Yougoslavie.

    Thierry Gaubert, a été mis en examen le 21 septembre par le juge Renaud Van Ruymbeke. Il a reconnu avoir ouvert des comptes bancaires destinés à accueillir des fonds non déclarés provenant de Ziad Takieddine, l'intermédiaire par lequel seraient passés 33 millions d'euros de commissions occultes dans le contrat des sous-marins au Pakistan, et 200 millions d'euros en marge d’un contrat avec l’Arabie Saoudite.

    http://www.europe1.fr/France/Des-documents-decouverts-chez-Gaubert-E1-734125/

    RépondreSupprimer
  3. Samedi 24 septembre 2011 :

    "Mon mari allait chercher des espèces en Suisse pour les remettre à Nicolas Bazire."

    Dans un entretien accordé au Monde, Hélène de Yougoslavie, la femme de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Thierry Gaubert, assure que son mari s'est rendu à de nombreuses reprises au début des années 1990 chercher de l'argent à Genève pour le remettre ensuite à Nicolas Bazire, alors directeur du cabinet et de la campagne présidentielle du premier ministre Edouard Balladur.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/09/24/mon-mari-allait-chercher-des-especes-en-suisse-pour-les-remettre-a-nicolas-bazire_1577141_823448.html#ens_id=1561228

    RépondreSupprimer
  4. La police judiciaire cite le nom de Sarkozy dans une affaire de corruption.

    Comme Bakchich le révélait le 25 juin 2008, la justice a ouvert à Paris un dossier concernant des enquêtes effectuées par une poignée de barbouzes pour le compte de l’ancienne Direction des constructions navales, devenue aujourd’hui DCNS. Des perquisitions dans les locaux de ce saint des saints de l’armement, où sont conçus et fabriqués les bateaux, frégates et autres sous-marins, et de DCN International (DCNI), sa branche commerciale d’alors, ont permis aux flics de la Division nationale des investigations financières (DNIF, un service de la direction centrale de la police judiciaire) de ramener du gros dans leurs filets : les preuves des filières de commissions distribuées par l’appareil d’État à l’occasion de la vente à l’étranger de ses frégates et ses sous-marins.

    Selon les documents récupérés, deux petites sociétés, Heine et Eurolux Gestion, créées au Luxembourg sous la houlette de Jean-Marie Boivin, un ancien cadre maison à l’entregent important (contacté jeudi 11 septembre 2008, il n’a pas souhaité répondre à nos questions) ont joué un rôle clé pour acheminer discrètement les commissions. Heine était utilisée avant la mise en place de la convention de l’OCDE, qui interdit de graisser la patte à des ministres ou fonctionnaires étrangers.

    Après l’entrée en vigueur de ce texte international, la structure Eurolux a été créée. « Après 2002, Eurolux a servi à contourner la mise en place de la convention OCDE de lutte contre la corruption », a expliqué l’un des mis en examen dans le dossier, comme l’a rapporté Le Monde.

    LE FEU VERT DE NICOLAS SARKOZY

    Les policiers ne s’y sont pas trompés et un rapport de la DNIF du 5 mars 2007, analysant ces documents, prête un rôle clé à Nicolas Sarkozy, alors ministre du budget du gouvernement d’Edouard Balladur et homme de confiance du Premier ministre. On est alors en 1994 et les équipes de Balladur se préparent à entrer en campagne. Reconnaissant à la société luxembourgeoise Heine le rôle de tuyau à commissions, les flics évoquent dans leur synthèse que Bakchich a pu consulter l’un des docs mis sous scellé :

    « Une chronologie fait apparaître que la création de la société Heine au deuxième semestre 1994 s’est faite après accord de Nicolas Bazire, directeur de cabinet d’Edouard Balladur, et du ministre Nicolas Sarkozy, et fait un lien entre ces faits et le financement de la campagne électorale de Monsieur Balladur pour l’élection présidentielle de 1995 ».

    Traduction : Sarkozy et Bazire, alors les deux plus proches collaborateurs d’Edouard Balladur et aujourd’hui meilleurs amis du monde (Nicolas Bazire fut le témoin de mariage du président avec Carla Bruni) ont donné leur feu vert à la création par une société d’armement d’une structure planquée à l’étranger permettant la rémunération opaque d’intermédiaires et pouvant servir à la campagne électorale des balladuriens. Rien que ça.

    DE L’ARGENT BALADEUR DONT LES DESTINATAIRES RÉELS RESTENT MYSTÉRIEUX

    Interrogé par les policiers de la DNIF le 4 juin 2008, l’ancien directeur financier de DCNI confirme : « Nicolas Bazire est d’accord pour la création de Heine, comme M. Sarkozy ». Et le cadre en question d’évoquer des paiements relatifs à la vente au Pakistan de sous-marins à l’intermédiaire Ziad Takieddine, dont Bakchich a déjà noté le rôle majeur à cette époque dans l’entourage de Balladur et de François Léotard, alors ministre de la Défense.

    Ce mégacontrat avec le Pakistan, d’un montant de 840 millions d’euros devait, selon la déposition de cet ex-cadre de DCNI, rapporter 4%, soit 32 millions de commissions à Takieddine, via sa société panaméenne Mercor Finance. De l’argent baladeur dont les destinataires réels restent mystérieux… Comme nous le révélions ici, l’intermédiaire jugé trop balladurien a été viré dès l’accession de Jacques Chirac à l’Elysée.

    Laurent Léger, vendredi 12 septembre 2008.

    http://www.bakchich.info/La-police-judiciaire-cite-le-nom,04994.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...