Rencontre et entretien avec Pierre Moscovici

Lundi 24 janvier à l'initiative du très sympa Jean-Renaud avec quelques blogueurs "politiques" nous avons rencontré Pierre Moscovici à l'Assemblée Nationale pour évoquer avec lui :

  • La crise et les préoccupations des Français
  • Les thèmes de campagne du candidat socialiste pour 2010
  • L'actualité socialiste et de la gauche
  • Les primaires à gauche
  • DSK 

    1°) La crise et les préoccupations des Français :

    Selon Pierre Moscovici les Français sont très préoccupés par la crise économique et les façons de s'en éloigner, ils sont touchés de plein fouet par la politique désastreuse de Nicolas Sarkozy. Il trouve parfaitement légitime que l'Etat vienne au secours de l'industrie mais aussi des petites et moyennes entreprises souvent laissées pour compte.

    Pierre Moscovici dans certains cas serait favorable à une "nationalisation" temporaire quand l'Etat vient en aide massivement à une entreprise. L'Etat prendrait alors une participation au capital pour soutenir les entreprises en difficultés, idées mises en application aux Etats-Unis sans que cela n'ait choqué le moins du monde.

    Les Français veulent que se réduisent les inégalités alors que la droite au pouvoir n'a fait que les accroitre, le "gagner plus en travaillant plus" est un leurre, ils veulent une relance juste qui permette de partager les fruits de la croissance. Ils ont bien conscience de la nécessité de réduire les déficits mais que cela se fasse sans rigueur qui pèserait sur les plus modestes. Les Français s'interrogent et se demandent comment retrouver une croissance créatrice d'emplois sélective et finançable et ils savent que la réponse ne viendra pas de Nicolas Sarkozy et de l'UMP.

    Une relance de l'économie est essentielle, la réalisation d'un grand plan pour les villes et les banlieues est primordiale et Pierre Moscovici aime à rappeler que la relance de la croissance par le gouvernement Jospin a permis la création de 2 millions d'emplois entre 1997 et 2002. Un seul mot central : l'investissement au service de tous.

    Mon commentaire :. A plusieurs reprises lors de cet entretien il a fait mention et référence à son expérience de terrain en temps qu'élu local, nous indiquant qu'il connaissait les difficultés de Français et dresse un constat accablant du mandat de Nicolas Sarkozy.

    2°) Les thèmes de campagne du candidat socialiste pour 2012

    Pour Pierre Moscovici les besoins sont considérables en matière de santé, éducation, recherche, transports, logement. Tout ces thèmes doivent être des secteurs prioritaires et de fait le Parti Socialiste doit les prendre en compte dans son projet présidentiel.

    La relance de l'économie est donc primordiale et essentielle, il faut stopper la politique de la droite destructrice d'emplois et d'affaiblissement du service public. L'Etat accroit mécaniquement le chômage en supprimant des dizaines de milliers d'emplois dans la fonction publique alors même que les besoins sont colossaux. Dans les années à venir le Parti Socialiste selon Pierre Moscovici devra s'atteler :
    • à la relance économique
    • à la relance de la construction européenne
    • à rétablir la justice sociale et économique
    A ses yeux, il est nécessaire d'agir sur la démocratie sociale au sein des entreprises, il faut donner plus de pouvoirs aux salariés et accroitre leur représentation au sein des structures des entreprises (CA, Conseil de surveillance ...). Bien évidemment Pierre Moscovici souhaite que l'on agisse sur la hiérarchie des salaires car l'échelle actuelle est parfaitement intolérable, il est également partisan que l'on priorise le capitalisme familial ou entrepreneurial "humain" plutôt que les hedge-fund "inhumain". Bref un schéma à la française à sa préférence.
    Enfin, il pense qu'il n'est pas irréaliste de penser que compte tenu de la démographie la France revienne à un taux de chômage d'environ 5% à l'horizon de 10 ans, soit, selon les économistes, proche du plein emploi.

    Pour Pierre Moscovici, la Social Démocratie est un compromis social pour réduire les inégalités, c'est la seule réponse possible et crédible face à la droite.

    D'un point de vue institutionnel, il préconise que le PS accepte la présidentialisation de la Vème république, mais pas ses dérives. Selon lui, le pouvoir en France depuis 2007 se réduit à une tête d'épingle que représente le chef de l'Etat et il faut absolument revenir à la normalité, rendre son rôle au parlement et cesser de n'écouter que les conseillers de l'Elysée au lieu de responsabiliser les ministres qui sont là pour ça. Le problème de la gauche qui n'a gagné que 2 fois depuis 1958 c'est le refus de l'acceptation de la présidentialisation selon Pierre Moscovici.

    Mon commentaire : Pierre Moscovici fourmille d'idées et certaines sont "classiques" et la gauche semble les avoir déjà utilisées en d'autres temps, je n'ai pas perçu de grandes innovations car au final la théorie de la relance est vielle .... comme la gauche. Par contre concernant la présidentialisation de la Vème je le trouve en opposition à une partie du PS plutôt favorable au parlementarisme.

    3°) L'actualité socialiste et de la gauche

    Pierre Moscovici s'est dit étonné et assez stupéfait des déclarations de Michel Rocard et Manuel Valls sur les 35 Heures car pour lui les 35 heures sont un succès et ont permis la création de milliers d'emplois. A ces yeux les Français sont satisfaits de pouvoir bénéficier de jour de repos supplémentaires. Leur mise en place a permis aux entreprises de se réorganiser et d'aménager également le temps de travail, les employeurs en ont largement tirés profit. Quant à la durée moyenne du temps de travail on s'aperçoit que l'on travail moins en France qu'en Allemagne contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire. La proposition de Michel Rocard n'est pas du tout la panacée à ses yeux et ne reste que très théorique.

    Alors, restons aux 35 heures conclue Pierre Moscovici.

    Nous avons ensuite évoqué le positionnement des partenaires du Parti Socialiste.

    Pour Pierre Moscovici, l'union est un combat de tous les instants car les Français ne veulent plus de Nicolas Sarkozy, le rejet est là et sera durable, ils veulent battre Sarkozy et ne veulent pas de diviseur comme Jean-Luc Mélenchon. Il faut donc autant que faire se peut éviter tout ce qui peut diviser la gauche, à commencer par les attaques gratuites comme celles auxquelles se livre Jean-Luc Mélenchon.

    Mélenchon est en pleine dérive populiste sans pour autant être populaire, il devient un candidat populiste anti-gauche. Pierre Moscovici d'assener que les Français ont besoin d'une gauche populaire mais pas populiste. Le Parti Socialiste ne peut se laisser emmener vers le côté populiste, c'est l'échec assuré. L'adversaire de Jean-Luc Mélenchon c'est la droite et Nicolas Sarkozy et pas le PS et DSK selon Pierre Moscovici.

    Mon commentaire : On le sens très agacé par les "sorties " de Manuel Valls et Michel Rocard, plus d'ailleurs par celle de Valls. Concernant JL Mélenchon il nous a dit qu'il l'appréciait mais que bon, Mélenchon se plantait d'adversaire en voulant absolument critiquer le PS et DSK, et en se plaçant sur un terrain très dangereux. .

    4°) Les primaires à gauche

    A ce propos Pierre Moscovici s'est dit très favorable aux primaires à "l'américaine" elles doivent permettre au Parti Socialiste de sortir renforcé par le votes de millions d'électeurs car le Parti Socialiste revient de loin après son congrès de Reims catastrophique en novembre 2008, selon lui :
    • on ne saura jamais qui de Martine Aubry ou Ségolène Royal a gagné l'élection du 1er secrétaire.
    • on n'a pas de candidat naturel
    • il est indispensable que la nouvelle génération  arrive aux responsabilités, il ne faut pas un retour de la "génération 97 de Jospin".
    • 2012 ne peut-être une "Restauration"

    Les primaires doivent donc avoir lieu partout, et Pierre Moscovici y voit 2 scenarii possibles :
    • soit DSK s'inscrit dans le processus alors tout le monde ne peut être candidat contre lui, des rapprochements devront se faire (Valls ? Hollande? Royal ?) sans que l'on sache bien avec certitude qui des 3 se rapprochera de DSK.
    • soit DSK n'est pas candidat et alors là, il y aurait 5 à 6 candidats, tout sera ouvert.
    Pierre Moscovici a conclu cette partie de l'entretien en nous indiquant que les dirigeants socialistes devaient "ne pas oublier leurs différences mais qu'il fallait savoir les dépasser" .

    Mon commentaire : Point n'est besoin d'en ajouter à ce que Pierre Moscovici disait, il est à fond derrière DSK c'est une certitude et on sent bien qu'il ne se place que dans l'hypothèse ou DSK revienne pour participer aux primaires.

    5°) DSK

    Pour Pierre Moscovici si Dominique Strauss-Kahn souhaite être Président de la République il faudra "qu'il plonge dans l'élection, qu'il plonge dans le pays" et mette les mains dans le cambouis, il devra aller à la rencontre des français et leur parler, les écouter, casser l'image que certains lui donne. Il devra faire claquer haut le drapeau de la transformation sociale, il faut une gauche qui soit très transformatrice sur le plan social et sociétal et en même temps une gauche très crédible. Dominique Strauss-Kahn peut incarner cette gauche

    Mon commentaire : Pour Pierre Moscovici, DSK est indubitablement la seule personnalité en capacité de gagner , de porter et incarner les couleurs et les valeurs socialistes et de toute la gauche. Il convient que DSK devra s'approprier le terrain et faire une campagne de proximité pour convaincre le plus largement possible.


    Commentaires

    1. Z'auriez pu lui dire de faire des billets moins longs sur son blog...

      RépondreSupprimer

    Enregistrer un commentaire

    La modération des commentaires est activée soit immédiatement soit 2 jours après la publication des billets cela ne doit pas vous empêcher d'en poster.

    En règle générale, sachez que les commentaires à caractère raciste, antisémite, haineux, injurieux, diffamatoire et pornographique ne seront pas tolérés tout comme ceux révisionnistes et sexistes.