• "Si je viens à mourir pour les idées que j’ai défendues toute ma vie, je ne veux pas que vous pleuriez, ni que votre cœur tremble"
  • "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde"
  • "A notre époque même une seule voix peut-être entendue partout dans le monde"
  • "Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres"
  • "Quand la France rencontre une grande idée, elles font ensemble le tour du monde"

dimanche 31 août 2014

La citation du dimanche [n°180] Michel Rocard

"Maastricht constitue les trois clés de l'avenir :

- la monnaie unique ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité;
- la politique étrangère commune, ce sera moins d'impuissance et plus de sécurité;
- la citoyenneté ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie."


Michel Rocard
Ouest-France
27 août 1992




Nota : Chacun jugera, 22 ans après, si le propos d'alors correspond à la réalité

samedi 30 août 2014

La semaine où Valls a définitivement basculé du côté obscur de la force


Voici une semaine de Manuel Valls, à la fois ordinaire et extraordinaire, de l'homme dont les électeurs de gauche n'ont pas voulu lors des primaires mais qui, allez savoir pourquoi, gouverne la France à la demande de François Hollande, cherchez l'erreur.

  • Lundi : Valls vire "les gauchistes" Montebourg et Hamon en présentant la démission du gouvernement 
  • Mardi :  Macron un ex banquier d'affaires, libéral à souhait, est nommé à la place de Montebourg,
  • Mercredi : On apprend que Macron est favorable à un assouplissement des 35 heures
  • Jeudi : Valls se fait ovationner par les patrons du Medef après un discours pro patronat digne d'un 1er ministre de droite.
  • Vendredi : Valls entend supprimer l'encadrement des loyers pourtant voté par le parlement et étant l'engagement 22 (à lire ici) des 60 engagements pris devant les Français par François Hollande
  • Samedi : On apprend que Valls et Macron souhaitent légiférer par ordonnances pour libéraliser le travail du dimanche, ce qui évite le vote des parlementaires.

Voilà, je n'ai jamais soutenu Valls et j'ai bien fait, sans aucun doute. Je crois que cette semaine est à marquer dans nos agendas comme celle où sa nature droitière est apparue le plus clairement et nettement.

Bon courage à ceux qui le soutiennent. 



La citation de la Rochelle : Arnaud Montebourg #UEPS

"Les responsables publics et les hommes d'État n'ont pas toujours vocation à se taire et c'est parfois leur destin de se faire congédier quand ils ont parfois, pas toujours, raison."

Arnaud Montebourg
la Rochelle - UEPS
Le 30 août 2014






jeudi 28 août 2014

Enfin une courbe qui s'est inversée grâce à François Hollande

Oyez oyez braves gens, comme par miracle j'ai trouvé un bon résultat, peut-être le seul, de la mandature de François Hollande. Et oui, disons le, depuis qu'il a été élu le prix du gaz n'a pas augmenté de manière vertigineuse, "comme avant", mais mieux encore, il a chuté et cela concerne des millions de particuliers, modestes ou pas, qui se chauffent au gaz.

Vous allez voir en lisant ce billet que l'action concrète des dirigeants du pays y est vraiment pour quelque chose dans cette baisse.

Voyez plutôt la différence entre la droite au pouvoir et la gauche. C'est beau n'est-ce pas ?

Avec Hollande : 

Avec la droite Chirac et Sarkozy :



Mais par quel miracle Hollande obtient un tel résultat ?

C'est en réalité assez simple. Je vous décris ce processus en substance

Auparavant le prix réglementé du gaz était indexé sur le prix du pétrole et donc, nul besoin de vous faire un dessin sur l'évolution importante du prix du pétrole. Résultat, entre 2005 et 2012 le prix du gaz a augmenté de près de 80%.

Alors, pour limiter l'impact des augmentations, les pouvoirs publics "socialistes" ont décidé de réformer le calcul du prix du gaz en intégrant une partie plus importante de l’indexation sur l'évolution des prix du gaz sur les marchés. 

Cette part a été de 
  • 26% en 2012; 
  • 36% au 1er janvier 2013;
  • 46% au 1er juillet 2013; 
  • 60% au 1er juillet 2014 
Et comme le gaz est encore abondant sur notre planète et que la demande n'évolue pas énormément, les prix n'augmentent pas et même baissent selon certaines périodes ce qui permet à nos factures individuelles de diminuer.


Les réserves de gaz naturel :


Voilà donc comment la volonté politique permet de baisser vos factures individuelles.

C'est aussi cela la gauche..... il faut le savoir .... mais personne ne le dit.



Source : Les Echos


mercredi 27 août 2014

Janvier 2012 : la finance est l'adversaire
Août 2014 : l'ami financier est à Bercy

Hier soir voilà qu'un jeune ex-banquier d'affaires était nommé Ministre de l'économie, évidemment je ne pouvais manquer de faire le parallèle avec ce discours là ... du 20 janvier 2012 .... une éternité.




 "Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance"





Foutage de gueule !


Le 12 juin après la nomination de Laurence Boone à l'Elysée, autre figure libérale, j'écrivais ceci : 

Ainsi François Hollande a décidé de virer quelques uns de ses conseillers dont l'enfant chéri Emmanuel Macron (gendre idéal avec une tête de 1er de la classe) qui avait illuminé l'Elysée et François Hollande sur ses idées comme le CICE et le pacte de responsabilité.  
En synthèse je dirai que c'était le Père Noël pour le Medef directement installé à l'Elysée.

Alors chère lectrice et cher lecteur ne doutez pas un seul instant de la volonté de François Hollande et Manuel Valls de faire plaisir au patronat. A Bercy l'après Montebourg risque d'être libéral et brutal pour le plus grand plaisir de l'opposition et du Medef.

Et d'ailleurs les réactions à droite n'ont pas tardé avec par exemple : 


"C’est une excellente nouvelle, car M. Macron connaît le secteur bancaire et le monde de l’entreprise", s’enthousiasme l’ancien porte-parole de l’UMP, Dominique Paillé.

Quant à vous simple citoyen ou pas, vous aurez à régler l'addition sous une forme ou sous une autre.