• "Si je viens à mourir pour les idées que j’ai défendues toute ma vie, je ne veux pas que vous pleuriez, ni que votre cœur tremble"
  • "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde"
  • "A notre époque même une seule voix peut-être entendue partout dans le monde"
  • "Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres"
  • "Quand la France rencontre une grande idée, elles font ensemble le tour du monde"

dimanche 14 septembre 2014

samedi 13 septembre 2014

Le retour de Sarkozy : les Français, les affaires, la concurrence

Comme tout le monde j'observe avec délectation le jeu de Sarkozy depuis quelques mois consistant à consulter ses amis, critiquer Hollande, se parer du costume du sauveur, jouer le rassembleur de l'UMP, un parti politique pourtant brisé, éparpillé, martyrisé par Copé. 

Tout ceci pour revenir à la tête de l'UMP et devenir le candidat de la droite à la présidentielle de 2017. Oui mais voilà, il a, d'ici là, beaucoup de problèmes à résoudre, et pas des moindres.

Tout d'abord les Français n'aiment pas les hommes politiques qui leur mentent et se souviennent de ses propos par lesquels il prétendait arrêter la politique :

1. Remember : le 8 mars 2012 et l'interview de JJ Bourdin (BFMTV)


Question : "Si vous n’êtes pas réélu, est ce que vous arrêtez la politique ?" 
Réponse de Sarkozy : "Oui. Vous pouvez me poser la question trois fois : Oui. Je ferai autre chose. Quoi ? Je ne sais pas."





2. L'état de l'opinion des Français :

En juillet dernier BVA a réalisé un sondage pour Le Parisien et le résultat est sans appel : 65% des Français sont opposés à une candidature de Sarkozy (source)

En septembre, pour LCP via Harris Interactive interroge les Français sur le retour de Sarkozy. Le résultat est sans surprise puisque le probable retour en politique de Nicolas Sarkozy est perçu comme une "mauvaise chose" par 65% des Français et seulement 34% trouvent que c'est une "bonne chose". (résultat intégral de l'enquête ici)

(cliquez pour agrandir)


Ainsi, mis à part les électeurs habituels de l'UMP et quelques centristes, les autres Français ne veulent pas de Sarkozy, c'est net et sans équivoque possible.

Vous me rétorquerez que 2017 c'est encore loin et qu'ils peuvent changer d'avis, et moi de vous dire que les Français ont de la mémoire, ils connaissent le bilan des 5 ans de Sarkozy.

3. Les affaires judiciaires diverses et variées : 

C'est là où Sarkozy risque gros. 

D'abord il faut rappeler qu'il est toujours mis en examen pour trafic d'influence et corruption active dans l'affaire Bettencourt. De la 5ème république c'est le seul ex président à avoir été mis en examen.

Rappelons également que ses comptes de campagne de la Présidentielle de 2012 ont été rejeté par le Conseil Constitutionnel ce qui avait donné lieu à un UMPthon assez comique début 2013 mais qui à coûté cher à l'Etat (les 2/3 de 11 millions d'euros) en réductions d'impôts pour les contribuables donateurs. Il passe ainsi aux yeux des Français pour un magouilleur ne respectant pas les textes en vigueur. L'affaire Bygmalion est à cet égard assez révélatrice, pour ce que l'on en sait. (à lire ici)

Et puis d'ici 2017 il y a fort à parier que les instructions de ces affaires auront largement pu progresser car la justice n'est pas entravée par le pouvoir actuel ce qui n'était pas le cas auparavant. Souvenons nous en effet des agissement du procureur Courroye dans l'affaire Bettencourt (à lire ici).

Et que dire de l'actualité qui nous permet d'apprendre qu'un rapport des policiers de la brigade financière conclu que Tapie n'a pas été lésé par le Crédit Lyonnais et que donc il a perçu 405 millions d'euros à tort suite à l'arbitrage amiable et plus que généreux de Christine Lagarde (mis en examen dans cette affaire) et de Nicolas Sarkozy (source)

Alors parmi cette suite d'affaires judiciaires il serait surprenant qu'aucune ne l'amène devant un tribunal et ne l’empêche d'être candidat en 2017.



4. La concurrence au sein de l'UMP et de la droite :

On sait depuis quelques temps que le très chiraquien Alain Juppé sera candidat lors des primaires que l'UMP veut organiser (après avoir critiqué fortement les primaires à gauche de 2011).


(cliquez pour agrandir)


Pour Sarkozy, voici un adversaire de taille, plus que sérieux qui a une bonne côte auprès des Français, en tout cas bien meilleure que celle de Sarkozy. Mais les électeurs de droite semblent partagés et d'ailleurs cela se confirme dans l'enquête de Harris interactive.

  • 31% contre 21% des Français préfèrent Juppé à Sarkozy comme candidat de la droite en 2017, c'est un net avantage.
  • Chez les sympathisants de droite Sarkozy et Juppé sont à égalité à 37%
  • A l'UMP, Sarkozy fait la course en tête avec 58% contre 28% à Juppé.
On voit donc ici tout l'intérêt qu'à Juppé à voir organisées des primaires ouvertes où tous les Français pourraient venir voter. Si le choix devait resté confiné au sein de l'UMP, alors il n'a que peu de chances de l'emporter.



(cliquez pour agrandir)



En conclusion, je dirai que les Sarkolâtres doivent raison garder car les affaires judiciaires, les adversaires au sein de l'UMP, le mode d'élection du candidat de l'UMP (les primaires ouvertes), les centristes qui semblent ne plus désirer se faire manger tout cru par l'UMP et l'état de l'opinion des Français sont autant d'obstacles à une candidature pour une éventuelle élection de Sarkozy en 2017.

De tout cela nous reparlerons dans les semaines et mois à venir .... sans aucun doute.

jeudi 11 septembre 2014

11 septembre : jour où les USA sont bourreaux et victimes


Le 11 septembre est une date qui a marqué l'histoire des Etats-Unis à 28 ans d'écart.

  • Le 11 septembre 1973 un coup d'Etat militaire mené par Augusto Pinochet et financé par la CIA renverse Salvador Allende seul président socialiste jusque là élu démocratiquement.
  • Le 11 septembre 2001 les twins towers à New-York et le Pentagone à Arlington sont la cible de 3 avions suicides détournés par des fanatiques religieux d'Al-Qaida. Sachant qu'un 4ème avion (le vol 93) s'écrase dans la campagne américaine après que les passagers eurent tentés d'empêcher les terroristes d'amener l'avion vers le Capitole à Washington où ils avaient l'intention de le faire s'écraser.
Ces 2 événements tragiques n'ont évidemment pas, loin s'en faut, de comparaison et ne figurent aucunement de la même façon dans la mémoire collective.

Revenons au 11 septembre 1973 : 

Salvador Allende, fondateur du parti socialiste chilien est élu président du Chili en 1970 à la fureur des Etats-Unis qui feront tout pour que le premier président socialiste élu démocratiquement soit destitué.

Entre 1970 et 1973 la CIA a dépensé plus de 7 millions de dollars pour forger un climat amenant à un coup d'Etat militaire. Il faut dire que le gouvernement Allende avait nationalisé les banques, les mines de cuivre contrôlées par des intérêts américains et que les Etats-Unis de Nixon ne voulaient absolument pas que Fidel Castro ait un allié en Amérique du sud.

Alors l'inévitable arrive le 11 septembre 1973 quand les militaires, sous l'autorité du Général Pinochet, bombarde le palais de la Moneda (palais présidentiel) ou le président Salvador Allende se suicide car il voulait lutter jusqu'au bout, jusqu'à la mort. Commence alors pour le Chili et pour les hommes et femmes de gauche en particulier, une époque terrible, rythmée par les enlèvements, assassinats, tortures, disparitions, exils, emprisonnement.

Quelques chiffres sur le coup d'Etat militaire et la dictature chilienne soutenue par les Etat-Unis :
  • 2279 personnes assassinées ou portées disparues ou exécutées sommairement dont 641 morts dans des conditions non élucidées et 957 disparus.
  • 33221 arrestations arbitraires et cas de tortures entre 1973 et 1990, dont 27255 pour des raisons politiques.
  • environ 800.000 personnes se sont exilées, sur une population de moins de 12 millions de Chiliens


Il faudra attendre 2006 pour revoir un président socialiste de retour aux affaires au Chili avec Michelle Bachelet.

Le dernier discours de Salvador Allende prononcé à la radio à 9h10 ce 11 septembre 1973 alors qu'il va mourir quelques minutes après :





Le 11 septembre 2001 :

Le terrorisme religieux de fanatiques absolus allait précipiter les Etats-Unis dans l'horreur puisque ces attentats feront environ 3000 morts et 8000 blessés en quelques minutes.

Je me souviens de cette journée, un jour comme les autres où vers 13h le bouche à oreille aidant nous étions tous au bureau sur le site web de CNN pour suivre "l’événement". Mes collègues et moi étions tout retournés par les images et les dépêches que l'on lisait sur Yahoo. 

J'étais tranquillement au chaud d'un bureau dans une tour et quelque part je me sentais comme concerné par cette sauvagerie gratuite. Bien que non concerné personnellement par cette catastrophe j'en ai gardé le souvenir de cet après-midi funeste et je crois que c'est pour toujours.

Ce 11 septembre 2001 allait précipiter le monde dans une guerre absolue contre l'extrémisme religieux et le terrorisme d'Al-Qaida, entrainant la traque de Ben Laden, la lutte contre les talibans en Afghanistan, la guerre en Irak, etc.... (liste non exhaustive).






Ainsi, le 11 septembre est une date terrible dans l'histoire où les États-Unis auront été bourreaux indirects d'un peuple et d'un régime démocratiquement élu et victimes directs de la folie barbare de fanatiques religieux.




mardi 9 septembre 2014

9 septembre 2001 : le commandant Massoud était assassiné par Al-Qaïda

Il y a 13 ans, le 9 septembre 2001 Ahmad Shah Massoud dit le commandant Massoud était assassiné dans un attentat-suicide perpétré par deux kamikazes tunisiens (Dahmane Abd el-Sattar et Rachid Bouraoui el-Ouaer) à la solde d’al-Qaïda de Ben Laden. 

Ces deux assassins s’étaient fait passer pour des journalistes belges à l'aide de faux passeports et équipés d'une caméra volée à France 3 à Grenoble. 

L'un des deux a fait exploser sa ceinture de TNT lors d'une interview de Massoud à Khawdja Bahouddine dans la province de Takhar au nord-est de l'Afghanistan. 

Deux jours plus tard, le 11 septembre 2001, le monde mais surtout les États-Unis allaient basculer dans l'horreur des attentats des twin towers.

Pour mémoire je vous propose la lecture des 10 billets que j'ai publiés sur l'histoire, la vie et la mort du commandant Massoud le "Lion du Panjshir", à découvrir par ici.

R.I.P 

lundi 8 septembre 2014

Faut-il sauver le soldat député Thévenoud ?

Tout est dans le titre. Que faire quand un citoyen ne déclare pas en son temps ses revenus et donc ne paye pas l'impôt sur le revenu quand il le faut ? Et bien le fisc le "redresse" et lui fait payer des pénalités. Que ce citoyen soit plombier, cadre sup, employé ou député.

C'est ici que le cas Thévenoud apparaît. A l'heure où l'Etat, ou du du moins ses dirigeants, nous parle à longueur d'année, depuis au moins 2007, d'Etat irréprochable, le citoyen de base, celui qui vote et paye ses impôts est en droit de s'interroger sur la sincérité des déclarations de ce député qui aurait omis "négligemment" de faire sa déclaration de revenus...... 3 années de suite semble t-il.

Je crois qu'il ne faut pas prendre les Français pour des idiots (qui a dit cons ?) ce n'est pas un petit jeune de 20 ans qui déclare ses revenus pour la première fois et qui oublierait ne sachant comment faire. Il s'agit bien là, d'un geste délibéré reproduit 3 années de suite.

Non, le sieur Thévenoud ne s'est pas comporté comme un citoyen ordinaire. Oui il a fauté et quand on est un élu du peuple on ne peut s'exonérer d'être honnête et de respecter ses engagements fiscaux. J'ajoute qu'en tant qu'élu il doit être exemplaire.

Je ne résiste pas à la tentation de vous délivrer le propos de Thévenoud à propos de l'optimisation fiscale, c'est assez comique.


"J'ai déjà travaillé sur les questions d'optimisation fiscale, que se soit pour les grands groupes de tabac ou l'industrie traditionnelle. La nouvelle économie doit payer des impôts quelque part, sinon ce n'est pas seulement un problème de financement des Etats, mais de démocratie......"  
Nouvel Observateur le 13 février 2014
Alors, je ne sais pas ce que lui dira JC Cambadélis mercredi en le recevant, mais à sa place je lui dirai :

"Ecoute camarade, tu sais et savais parfaitement ce que tu faisais en ne respectant pas tes obligations fiscales et ce à plusieurs reprises, donc, même si cet épisode est terminé vis à vis du trésor public, ton attitude est parfaitement inadmissible et jette l'opprobre sur l'ensemble des députés socialistes." 
"Cette faute renouvelée est totalement condamnable, par conséquent je te remercie de bien vouloir présenter ta démission de ton mandat de député." 
"Au parti socialiste nous prônons l'exemplarité et nous ne pouvons admettre et tolérer pareille attitude."
Evidemment, on peut aussi s'étonner que l'UMP ne s'occupe pas de plus près des époux Balkany mis en cause, et bien plus, dans une affaire de fraude fiscale


illustration : source