• "Si je viens à mourir pour les idées que j’ai défendues toute ma vie, je ne veux pas que vous pleuriez, ni que votre cœur tremble"
  • "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde"
  • "A notre époque même une seule voix peut-être entendue partout dans le monde"
  • "Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres"
  • "Nous pouvons douter de tout, sauf de notre devoir d’être toujours au côté des humiliés qui luttent"
  • "Quand la France rencontre une grande idée, elles font ensemble le tour du monde"

Sarkozy en actes : 70 500 postes supprimés dans la police, gendarmerie et les armées

A chaque tuerie et assassinats perpétrés par des terroristes réels ou supposés nous constatons avec surprise mais à vrai dire sans étonnement que les ténors de la droite s'unissent pour dénoncer le laxisme, le manque d'effectifs, l'absence de moyens, etc .. dont le gouvernement serait responsable.

Bref quand un sombre personnage, radicalisé ou pas, au volant d'un camion de 19 tonnes monte sur un trottoir pour éviter un barrage policier et va tuer 84 personnes à Nice c'est de la faute du gouvernement, quand une équipe de tueurs islamistes venus de Belgique assassinent 130 personnes en plein Paris, au Bataclan, aux terrasses de bars, c'est de la faute du gouvernement.

A Nice, Estrosi qui se vante en permanence de l'efficacité de la sécurité dans sa ville, ce qui est faux (à lire ici)se déchaine, lui qui a placé 1000 caméras de vidéosurveillance dans la ville et armé sa police municipale. 

Pourtant, les services de l'État et la Ville avaient préparé ensemble ce feu d'artifice du 14 Juillet, comme le carnaval ou l'Euro il y a peu. Des réunions préparatoires associant les forces de l'ordre et la Ville ont été organisées, 64 membres de la police nationale et 42 de la police municipale, soit plus de 100 policiers au total, étaient déployés, en plus de l'activité normale sur le reste de la ville, sans compter les 20 militaires de l'opération Sentinelle également mobilisés. 

Rien n'aurait pu empêcher ce camion meurtrier conduit par un kamikaze sauf des blocs de béton comme il y en a à Kaboul ou Bagdad.

Estrosi ferait bien de la fermer, sa vidéosurveillance n'a servi à rien contrairement à ce qu'il prétend avec sa vantardise coutumière.

Allez lire le billet de ma consoeur Elodie ici, qui vous dit tout des déclarations incroyables de ces derniers jours.

En voici une, au hasard Sarkozy:


Alors comme souvent, il faut confronter les discours de ces messieurs donneurs de leçon, qui furent au pouvoir, rappelons le, de 2002 à 2012 sans discontinuer, à la réalité de leurs faits, actes et décisions qui ont engendré de graves manques dans les effectifs des forces de sécurité du pays pour les années qui ont suivies leur départ en 2012.

Ainsi, à propos de la police et gendarmerie c'est bien Sarkozy qui a supprimé 12 649 postes entre 2007 et 2012 comme le démontre une étude que j'ai effectuée en 2012 à l'appui des documents "officiels" du ministère de l'intérieur. (le détail à lire ici)

Faut-il aussi rappeler que la création de la DCRI par fusion des RG et la DST a engendré, là aussi, une baisse drastique des effectifs. Sans doute que les 3 900 postes des RG auraient été fort utiles pour la surveillance de certaines personnes sur le territoire national. 

A cet ensemble "police et gendarmerie" n'oublions pas la suppression de 54 000 postes de militaires en application de la loi de programmation militaire (2009-2014) votée en 2009 sous la mandature Sarkozy. (lire le .pdf ici de point d'étape 2009 sur le site du ministère de la défense)

Ainsi si l'on fait le cumul des effectifs sur la sécurité au sens large : 

  • 12 650 suppressions de policiers et gendarmes 
  • 3 900 suppressions d'agents des RG 
  • 54 000 suppressions de militaires 
  • Total : 70 550 suppressions de postes dans la police, la gendarmerie et les armées en 5 ans.  

Depuis 2012 la gauche a inversé cette tendance catastrophique, en embauchant policiers, douaniers et gendarmes et en prévoyant 6 000 postes supplémentaires suite aux attentats, en faisant voter une législation antiterroriste par les députés et sénateurs de droite comme de gauche.

Pour les armées c'est une annulation pure et simple de toutes les baisses d'effectifs jusqu'en 2019, terme l'actuel de la loi de programmation militaire.

Alors les dirigeants de LR et Sarkozy peuvent bien tenir des discours sécuritaires voulant enfermer le premier citoyen venu dans des centres de rétentions, et jouer les gros bras devant les caméras et les stylos de la presse, il ne sont absolument pas crédibles un seul instant à l'épreuve de leurs actes et de leurs faits. Ce ne sont que des politiciens sans vergogne comme Estrosi dont sa vidéo surveillance à Nice n'a rien empêché du tout malgré ses déclarations inconséquentes.


"Avec 999 caméras, et une caméra pour 343 habitants alors qu'à Paris, il y en a 1 pour 1532, je suis à peu près convaincu que si Paris avait été équipée du même réseau que le nôtre, les frères Kouachi n'auraient passé 3 carrefours sans être neutralisés et interpellés." (Estrosi - janvier 2015)
Maintenant il faut être lucide tout n'est évidemment pas parfait et il semble qu'il y ait eu des dysfonctionnements notamment le 13 novembre, alors le gouvernement serait bien inspiré de prendre en considération les travaux de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de janvier et novembre 2015 qui a émis 40 propositions.

Voilà, ces énergumènes m'ont bien énervé avec leur démagogie politicienne tout le week-end et "moi quand on m'en fait trop, j'correctionne plus, j'dynamite... j'disperse... et j'ventile..."

Comme Macron faites des discours creux avec le générateur de langue de bois


Hier soir avait lieu le premier "meeting" d'Emmanuel Macron, l'homme ni de droite ni de gauche bien au contraire, comme disait Coluche, qui se déclare antisystème alors même qu'il en est l'illustration parfaite (ENA, banquier d'affaires, conseiller du Président de la République, ministre).   

Il y avait là dans l'assistance un aréopage de bobos parisiens venus écouter la bonne parole de celui qui s'imagine en nouveau messie de la politique. Mais quelle fut-elle ? 

Des poncifs, des phrases creuses, du bla-bla sans intérêt, des grands mots qui se suivent, de la langue de bois en barre, bref pour le concret il faudra repasser.

Alors pour vous permettre, à vous aussi de faire des phrases creuses lors de vos dîners en ville, voici un générateur de discours langue de bois il vous permettra de faire comme Emmanuel Macron.













Source du générateur : http://www.presidentielle-2007.net/




Censure et 49.3 : Bachelay, Berger et Galut, les députés tigres de papier du PS

Comme au mois de mai Manuel Valls a refusé le débat à l'assemblée nationale à propos de la loi travail. Comme en mai, 56 députés de la majorité ont signé un texte pour déposer une motion de censure. Comme 2 mois auparavant il manquait deux signatures.

L'évolution des signataires est intéressante à observer puisque les 56 de juillet ne sont pas les mêmes que ceux de mai. En effet, signataires en mai, Yann Galut et Alexis Bachelay ont disparu de la liste des signataires en juillet.

Ne me dites pas que vous ne connaissez pas ces éminents députés fondateurs de "la gauche forte" et aussi membres fondateurs "d'un courant du PS" : La Fabrique (non non ce n'est pas un magasin de bricolage même si leur attitude présente pourrait s'y apparentée). 

L'attitude de ces deux députés et de leur collègue Karine Berger est très étrange car les voilà vent debout contre Manuel Valls allant jusqu'à exiger avec force sa démission ... sachant très bien qu'il ne démissionnerait pas. Voilà ce que l'on appelle une posture calculée.

On pourrait croire que ces 3 élus sont "des frondeurs" comme dirait la presse et qu'en conséquence leurs actes allaient être en accord avec leur gesticulation calculée devant la presse, mais ...




... comme vous le savez il n'en n'a rien été, sans doute nos 3 députés avaient pris conscience qu'avec leur vote le "cap" des 58 signataires serait atteint et qu'en conséquence une motion de censure "de gauche" pourrait être déposée. 

De ce fait ils risquaient des représailles du PS puisque les admonestations en tout genre des amis de Valls et Hollande comme Le Guen, Le Roux et d'autres les menaçaient de les virer du PS et/ou que le PS ne leur accorde pas l'investiture pour les prochaines élections législatives.

Imaginez donc un instant la situation, patatras leur petit monde s’effondrerait.

Alors un bon reniement vaut bien ça, après tout, nos trois députés se moquent bien des millions de salariés concernés par cette loi tant qu'eux mêmes peuvent briguer un autre mandat de député avec le logo PS sur leur affiche (pas sûr que cela soit suffisant pour qu'ils soient réélus).

En juin 2017 je regarderai donc avec attention les résultats de nos braves députés courageux dans le verbe mais si faibles en actes, et s'ils perdent leur siège je ne verserais pas une larme.






Illustration : Placide



François Hollande, le 49.3 et la parole politique.

Nous sommes le 18 juillet 2007, Ségolène Royal a été battue par Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, 2 mois auparavant. 

François Hollande alors 1er secrétaire du PS est interviewé dans l'Hebdo des socialistes pour faire le point sur le début de présidence de Sarkozy. Il y aborde notamment l'article 49.3 qu'il dit vouloir supprimer.


Neuf années sont passées et il est au sommet de l'Etat depuis mai 2012. A-t-il oui ou non supprimé l’Article 49.3 ? Non. 
A-t-il, via le 1er ministre, utilisé l'article 49.3 ? Oui et à plusieurs reprises lors du projet de loi Macron et maintenant une seconde fois à propos de la loi travail.

J'ai longtemps cru à la parole des hommes politiques de gauche et à leurs engagements .... hélas.


(cliquez pour agrandir)



La citation du dimanche [n°250] Jean-Christophe Cambadélis

"Le Parti socialiste résistera mieux qu'on le dit aux municipales, il y aura certainement des gains inattendus".

"Quant aux élections européennes, nous feront mieux que les années précédentes".


Jean-Christophe Cambadélis
2 janvier 2014



Nota : Ces élections ont été la Bérézina pour le PS.

1°) Elections municipales :  177 villes de + 9 000 habitants sont passées de gauche à droite et 30 villes des + 50 000 habitants ont basculé de gauche à droite

2°) Elections européennes : Seulement 13,98% des suffrages exprimés se sont portés sur le PS contre 16% en 2009 ce qui était déjà un mauvais score.


Cambadélis a démontré qu"il était un piètre premier secrétaire du PS incapable d'anticiper la déroute de son parti du fait de l'action gouvernementale rejetée par les Français.