• "Si je viens à mourir pour les idées que j’ai défendues toute ma vie, je ne veux pas que vous pleuriez, ni que votre cœur tremble"
  • "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde"
  • "A notre époque même une seule voix peut-être entendue partout dans le monde"
  • "Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres"
  • "Nous pouvons douter de tout, sauf de notre devoir d’être toujours au côté des humiliés qui luttent"
  • "Quand la France rencontre une grande idée, elles font ensemble le tour du monde"

A la Pentecôte, Montebourg commence son ascension


Si vous suivez la chose politique, il ne vous a pas échappé que tous les lundi de Pentecôte depuis 2004 Arnaud Montebourg fait l’ascension du Mont Beuvray avec ses amis d'un jour ou de toujours. Leur nombre varie en fonction des années, tout comme le nombre de journalistes d'ailleurs. Hier, attirés par les cancans et les petites phrases possibles, les journalistes étaient nombreux et sont repartis contents de leur séjour en altitude, c'est toujours vivifiant l'air bourguignon.

Cette année donc, l’entrepreneur Montebourg qui a le gout du risque, puisqu'il a placé ses économies dans une start-up, était particulièrement bien accompagné avec 2 sénateurs (Jérôme Durain et Henri Cabanel) 6 députés (Aurélie Filippetti, Cécile Untermaier, Christian Paul, Philippe Baumel, Laurent Baumel, Patrice Prat) et une multitude de sympathisants et militants venus des 6 coins de la France (bien oui la France n'est pas un carré donc on n'y vient pas des 4 coins).

Je vous fais grâce des propos tenus, vous les connaissez sans doute pour les avoir lu sur les sites web de la presse ou bien directement sur le blog de Montebourg (à lire ici : http://www.arnaudmontebourg.fr/lappel-du-mont-beuvray/).

Personnellement je retiendrai quelques éléments à mes yeux fondamentaux :

  • Il propose de bâtir un projet commun de gauche qui constitue un projet alternatif pour une nouvelle réunification du pays;
  • Il décline en 12 points ce qu'est être de gauche selon lui ;
  • Il lance un vaste appel aux économistes, entrepreneurs, syndicalistes, innovateurs, chercheurs, créateurs, scientifiques, artistes, aux citoyens engagés et tout simplement aux Français qui souhaitent peser sur le destin de notre pays.
Et enfin autre point important, il ne se met pas sur le devant de la scène puisque qu'à la fin il dit : "il sera bien temps, ensuite, s’il a la consistance, s’il sait mobiliser par ce qu’il porte et emporte, si on le sent capable de mettre en mouvement le pays, de se décider sur les candidatures".

La priorité est donc bien que le projet alternatif qui en ressortira donne à nouveau de l'espoir à la gauche socialiste après la loi Macron, la déchéance de la nationalité et maintenant la loi El Khomri, sans parler d'autres renoncements, autant de textes qui n'ont rien de gauche.

Pour ce qui est du candidat ou de la candidate qui portera ce projet alternatif, il s'agira au bout du bout de se fixer sur sa désignation.

Je rappellerai que le PS a décidé en février dernier qu'il ne proposerait aucun programme aux candidats, la démarche de Montebourg s'inscrit donc parfaitement dans ce cadre.



Enfin, depuis hier, la team hollandaterie est de sortie sur les réseaux sociaux et franchement ça me fait énormément sourire tellement c'est ridicule, petit, mesquin et au fond tellement pathétique et insignifiant, parce qu'à part critiquer l'homme par des attaques ad hominem, ils n'ont rien d'autre à dire et surtout aucun fond sur le contenu politique.

C'est étrange cette façon de faire, mais n'auraient-ils pas peur, je me demande bien ? Peut-être parce que les amis de Martine Aubry s’intéressent au sujet développé par Montebourg ? Sans doute (Lire ici : Les proches de Martine Aubry prêtes à bâtir un projet alternatif avec Montebourg

Très bientôt vous en saurez plus sur la consultation qui facilitera le recensement des idées de façon à bâtir ce projet alternatif. (chut je ne vous ai rien dit hein)

La citation du dimanche [n°244] Arnaud Montebourg

"La loi El Khomri a ce défaut méthodologique de n'avoir consulté personne avant son arrivée à l'Assemblée nationale". 

"Pour moi, c'est une loi de moins-disant social : vous ne pouvez pas construire un contrat social en disant aux uns "vous, on vous réduit" et aux autres "vous, vous prenez tout".


Arnaud Montebourg
le 8 mai 2016
13h15 le dimanche (France 2)




Photo : Margot L'Hermite (http://margot-lhermite.fr/)

À Manuel Valls et Myriam El Khomri : il est temps d'arrêter les bêtises

Alors même que le parti socialiste fête les 80 ans de la victoire du front populaire voilà maintenant de nombreuses semaines que la jeunesse et que des syndicats de salariés disent, écrivent, crient leur opposition au projet de loi dit "El Khomri" consistant à rogner encore les droits sociaux des salariés avec, pour faire plaisir à la CFDT, quelques mesures positives qui ne contrebalancent en rien les "pertes".

Les droits sociaux s'additionnent, ils ne se soustraient pas !

En cette période de commémoration de Léon Blum par JC Cambadélis et son orchestre, faut-il rappeler au PS que le Front Populaire c'est, à peine un mois après la victoire du 3 mai, un accord entre la CGT et le patronat (les accords de Matignon) prévoyant :

- la création des délégués du personnel
- la reconnaissance du droit syndical
- augmentation de 12% des salaires
- instauration de la semaine de 40 heures
- attribution de 15 jours de congés payés (12 jours ouvrables)

Les prédécesseurs des Gattaz père et fils étaient les mêmes que les patrons d'aujourd’hui, puisque le patronat de l'époque prévoyait : 

"le début d'une catastrophe économique sans précédent en France", 
"les congés payés feront plus de dégâts à l'industrie et à l'artisanat que les destructions de la grande guerre".

Rien n'a changé du côté du patronat c'est toujours la même complainte des pleureuses puisque le discours patronal reste identique, par contre du côté de ceux se réclamant de Blum comme Valls et ses amis, le changement est radical, autant en 1936 la gauche désirait, accompagnait, portait "des conquêtes" sociales" autant depuis quelques années c'est l'inverse qui se produit sous couvert de libéralisation de l'économie porté par un énergumène comme Emmanuel Macron qui a réussi à faire ouvrir, par la loi, certains commerces 52 dimanches par an dans des zones commerciales internationales inventées de toutes pièces pour faire plaisir au business des grandes chaines de magasins et aux touristes de passage.



Bref, après la loi Macron, après l'ANI, après le projet de déchéance de la nationalité, après le projet portant sur la dégressivité des allocations chômage, après les cadeaux du CICE et du pacte de responsabilité voilà donc le projet de loi Travail qui arrive à l'assemblée nationale. 

Il y arrive avec l'écho des manifestations dans tout le pays qui ont vu ici et là des attitudes parfaitement inacceptables des casseurs anarchistes ou pas, réprimées parfois de manière totalement disproportionnée et sans discernement par des forces de l'ordre sous pression.

N'est-il donc pas temps d'arrêter les frais ? D'ailleurs cette réforme est massivement rejetée par les 3/4 des Français dans un sondage Elabe publié ce jour. 




Malgré les évolutions engagées par la commission des Affaires sociales la philosophie et l'équilibre général du texte ne sont pas remis en cause

- inversion de la hiérarchie des normes, fragilisation du principe de faveur
- limitation du champ d'appréciation des difficultés d'entreprises au seul territoire national, qui permet les manipulations financières pour faciliter les licenciements;
- capacité à ne pas transférer le contrat de travail en cas de transfert d'entreprise, ce qui permet toujours de renvoyer les salariés refusant la modification de leur contrat; 
- accords de "développement de l'emploi" (version "offensive" des accords de maintien de l'emploi) : c'est ni plus ni moins la reprise du projet Sarkozy lors des présidentielles de 2012;
- référendums initiés par les syndicats minoritaires pour valider un accord refusé par les syndicats majoritaires, ce qui met clairement en cause la légitimité et la représentativité syndicale;

À un an de la prochaine élection présidentielle n'est-il pas venu le moment d’apaiser les tensions dans le pays, de calmer le jeu ? d'écouter les 74% de Français opposés à ce projet ? 

A la place de Manuel Valls je rangerai ce projet tranquillement dans un carton, de toute façon il a peu de chance d'avoir une majorité de députés pour le voter, les députés socialistes ne sont pas tous des "frondeurs" mais ils sont tous doués de raison, surtout à 13 mois des législatives .... sauve qui peut !

Et puis même s'il était voté, le temps des allers et retours avec le Sénat et l'avis du Conseil Constitutionnel auxquels nous ajouterons le délai nécessaire aux décrets d'application et nous serons à 3 mois de l'élection présidentielle.

Cher Manuel et chère Myriam, camarades, ce projet de loi doit être retiré par le gouvernement ou il sera rejeté par les députés. Pourquoi ne pas lui faire succéder un autre projet qui réponde réellement aux enjeux actuels du monde du travail et des entreprises, dont le Compte Personnel d'Activité, entre autre, pourrait faire partie. 







Illustration (tableau avis des syndicats) : Ça n'empêche pas Nicolas 
A lire : Les socialistes

Pour Hollande ce n'est pas les 3j mais la semaine fantastique

La semaine qui se termine a apporté son lot de bonnes nouvelles économiques annonçant sans doute des jours meilleurs. 

Alors, ayant bien tapé sur Hollande et consorts depuis un long moment déjà devant certains de ses choix économiques et renoncements politiques ou pas, j'ai pensé que je ne pouvais pas passer sous silence cette semaine "fantastique", comme on dit aux Galeries Lafayette.

Comme d'habitude je vais agrémenter mon propos avec des "images" (à agrandir en cliquant dessus) permettant à chacun de peut-être mieux appréhender la situation.

Je vais commencer par le chômage, sans m'y étendre puisque j'ai déjà écrit sur ce sujet (à lire ici), qui pour sa catégorie A, a vu une baisse de 60.000 ce qui est rare dans nos contrées puisque l'on avait pas vu ça depuis 2010, un temps ou Fillon et Sarkozy voulaient nous faire croire que la droite était mieux que la gauche et d'ailleurs, on a vu le résultat (le bilan de Sarkozy-Fillon-Juppé-La Maire-NKM-Coppé à lire ici : Le vrai bilan de Sarko).


Ensuite voilà que l'Australie a décidé d'acheter quelques 12 sous-marins Barracuda pour un contrat d'environ 34 milliards d'euros. "Les experts" en la matière reconnaissent tous le savoir faire du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian alias Doudou qui inlassablement entre 2 guerres en Irak et au Mali arrive à vendre des Rafale, des sous-marins, des hélicoptères, des navires, etc... bref un vrai VRP haut de gamme au service de l'industrie française de l'armement.

Vous verrez que si ça continue il arrivera à vendre des arcs et des flèches aux tribus sioux et comanches. 



Et puis voilà une autre information qui est tombée avec il est vrai un peu moins d'écho dans la presse. Il s'agit de l'évolution de la construction qui a pris pas moins de 7,5% au 1er trimestre par rapport à celui identique en 2015. 

Et vous savez ce que l'on dit, "quand le bâtiment va .... tout va".

Regardez bien l'histogramme en bas de cette image, la progression est positive pour le 5 ème mois consécutif même si beaucoup reste à faire. C'est pas mal tout de même !

Qui dit reprise de la construction, dit moins de défaillances d'entreprises et donc moins de chômage et plus d'embauches dans ce secteur clé de l'économie.



Justement, nous voici maintenant à regarder de près le nombre des défaillances d'entreprises qui chutent de 10,1%. A la lecture du second tableau ci-dessous vous constaterez que toutes les tailles d'entreprises sont concernées. C'est donc une excellente nouvelle.


Nous allons continuer la semaine avec les chiffres 
- de la consommation des ménages (+1,2%) qui atteint un record de 44,329 milliards, record historique, 
- de la croissance du PIB (+0,5%) 
- de l'investissement (+0,9%) 

tous en nette amélioration.






Ouf on arrive à la fin de la semaine et j'allais oublier de vous parler :

- du taux de marge des entreprises non financières qui a atteint 31,4 % de la valeur ajoutée, soit son plus haut niveau depuis début 2011 (faut dire qu'avec le CICE et le Pacte de responsabilité il y a quelques milliards en jeu ...)
- du moral des ménages qui se stabilise pour sans doute repartir à la hausse (c'est à souhaiter)
- ...... to be continued


Voilà ce billet est maintenant terminé, je suis épuisé par toutes se ses bonnes nouvelles qui devraient impacter l'emploi et faire baisser le chômage doucement mais surement et durablement ...... enfin je l'espère.

En cadeau bonus un graphique sur le moral des ménages. Tiens au fait, comparez la courbe des années Hollande avec celle de l'époque Sarkozy .... et on en reparle hein ! 








Sources : le Monde, Les Echos, Altares, Agence ide, Visactu
Illustration : Cambon 

Les chiffres du chômage font couiner les grincheux et pourtant ...

Depuis hier soir 18h et la publication des chiffres du chômage et, une fois l'effet de surprise passé, nous avons pu observer une contre-offensive généralisée allant de droite à gauche mettant en cause les chiffres ou tout du moins la baisse qui selon certains ne serait due qu'aux nombre de stagiaires sortis des statistiques ainsi que des radiations.

N'ayant pas de religion en la matière et pour remettre tout ça à l'endroit et essayer d'y mettre un peu d'objectivité, j'ai exhumé la note de la DARES publiée hier en me focalisant surtout sur les motifs des sorties et l'évolution dans la durée pour vérifier si oui ou non ce phénomène ne serait que passager.

Par conséquent pour expliquer tout cela je vais le faire avec des graphiques, visuellement plus parlant que du texte. Attention ils portent sur les catégories A,B,C et pas uniquement la A qui a baissé de 60.000 chômeurs.

Nous commençons par les sorties dues à une reprise d'emploi et l'on constate une courbe qui progressivement remonte continuellement depuis mi 2015. De ce point de vue il est donc clair que la situation s'améliore depuis maintenant 9 mois, c'est incontestable (évolution de 15,1% en un an)


Nous poursuivons par les sorties dues aux entrées en stage des chômeurs et constatons que depuis mi-2011 la courbe progresse sensiblement et depuis juillet 2013 elle rejoint le plus haut de 2007 (évolution de +10,6% en un an).

Mais c'est un choix politique de gauche consistant à payer de la formation aux personnes à la recherche d'un emploi de façon à mieux les aider ensuite dans la recherche d'un emploi en accroissant leur formation et savoir faire. A mes yeux il n'y a rien de choquant à le faire si cela permet aux chômeurs de retrouver un job. Et puis quand on est en stage, on se forme et donc on n'est pas à la recherche d'un emploi.

Alors il faut savoir ce que l'on veut, soit on ne fait rien et les chômeurs restent sans emploi, soit on les forme davantage pour leur donner des meilleures chances de trouver un job et on se fout alors qu'ils sortent des statistiques des catégories A ou B ou C.

Mais les grincheux diront quand même que cela fausse les statistiques du chômage, c'est parfaitement inexact puisque ces personnes en stage sont toujours dans les statistiques mais ont changé de catégorie, on les retrouve, si j'ose dire, dans la catégorie D. Sachant que le nombre d'inscrits en catégorie D diminue de 0,1 % (–0,4 % sur trois mois) 

Ensuite, regardons les sorties dues aux radiations, cette fois la courbe n'est pas régulière et à sa lecture on constate que le niveau des radiations du 1er trimestre revient à celui plus bas connu en moyenne entre mars 2009 et janvier 2013. Par conséquent nul besoin de grimper aux rideaux et de s'en offusquer (évolution en un an de -2,2%).


Passons maintenant au défaut d'actualisation pour constater une évolution continue depuis mi-2011 avec une accentuation certaine depuis juillet 2015, (évolution sur 1 an de 9,3% ce qui n'a rien d'extraordinaire) c'est ici que se trouve le gros "des troupes" (44% des sorties). 




Pour terminer avec les sorties voici la courbe de l'ensemble, le cumul des sorties du chômage n'a jamais été aussi élevé, là encore c'est net et sans bavure.

Voici le tableau général avec les "volumes" par motif de sortie (cliquez pour l'agrandir). Sur trois mois, les sorties pour reprise d'emploi déclarée (+1,4 %), entrée en stage (+9,3 %), arrêt de recherche (+1,0 %), cessation d'inscription pour défaut d'actualisation (+8,3 %), radiation administrative (+2,3 %) et autre cas (+0,7 %) sont toutes en hausse.


Ma conclusion est autant simple que limpide, résumer que la baisse du chômage comme certains le font serait due uniquement aux entrées en stages et autres motifs de sorties n'est pas vraiment exact, pour autant il n'y a pas non plus de quoi faire des cocorico même si cette baisse de 60.000 est une première depuis de nombreuses années (septembre 2000). Laissons du temps au temps et si cette tendance se confirme alors on en reparlera.

En bonus le tableau général :




illustration : agence Ide



Ne manquez pas la grande soirée hollandaise "Hé oh la Loose"


Ce soir c'est la big soirée "Hé oh la gauche" des Hollandais bon teint qui ne savent plus comment et quoi faire pour sauver Hollande du séisme annoncé de mai 2017. 

Lors ce meeting avec Stéphane Le Foll en monsieur loyal, vous aurez quelques ministres mais pas Macron, les suceurs comme Placé, Cosse et Baylet seront bien évidemment de la fête, les gentils députés sont annoncés, mais pas "les frondeurs", faut pas déconner quand même ils ne manquerait plus qu'ils soient là, donc ils n'ont même pas été invités, et enfin des militants PS acquis à la cause garniront les 300 sièges de la salle, en mode Coréens du nord obligés d'applaudir quand on leur demande ou quand le guide suprême est là.

Vous aurez noté que pour une réunion politique appelée pompeusement "Hé oh la gauche", cette dernière se limite aux seuls "hollandais" et amis de Valls par contre la gauche qui va de Mélenchon à Laurent en passant par Duflot, Montebourg, Hamon, Lienemann, Aubry et d'autres encore ne sera pas présente. 

Donc les participants vont se congratuler, se féliciter, se taper dans le dos et se dire "ça va mieux" en chœur. 

C'est beau et grand, assurément :-)

Bref voilà une grande soirée d'entre soi qui ne servira à rien. 



Dessin : Placide

Quand Pierre Gattaz promettait 1 million d'emplois en 5 ans



Sachant que Pierre Gattaz a promis le 10 octobre 2013, notamment au micro d'RTL, la création d'un million d'emplois sous 5 ans et que 140 000 emplois auraient été créés entre 2012 et 2014 (à lire ici), combien en reste t'il à créer par les 750 000 entreprises adhérentes au Medef d'ici fin 2018, fin du délai fixé par Gattaz lui-même  ?

Vous avez 2 heures !  .... attention c'est super difficile :-)

2015 : ?
2016 : ?
2017 : ?
2018 : ?



Ah au fait, pour les septiques et Gattaz lui-même qui jure ses grands dieux n'avoir pas fait cette promesse, je place dans ce billet, en bonus, un extrait du texte du Medef que vous trouverez à la page 8 du document intitulé "Pacte de responsabilité - Mobilisation pour créer 1 million d'emplois" (lien en cliquant sur l'image ci-dessous). 


L'engagement du Medef y est limpide !


"Le MEDEF a salué positivement le Pacte de responsabilité lancé par le Président de la République lors de ses vœux aux Français. Dans la situation actuelle de notre pays, il est désormais indispensable que tous les partenaires économiques et sociaux prennent chacun leurs responsabilités dans les domaines qui sont les leurs.

Le MEDEF, ses adhérents (80 fédérations professionnelles, 120 MEDEF territoriaux) et les 750 000 entreprises qu’il représente (TPE, PME, ETI, grands groupes) sont prêts à s’engager dans la bataille pour la création d’emplois dans notre pays dans le cadre mentionné par le Président de la République. Ils se sont fixés comme objectif de créer un million d’emplois en 5 ans si les réformes nécessaires sont enfin mises en œuvre. 

 Un objectif à 5 ans. 

Il convient néanmoins de rappeler que s’engager dans une véritable démarche de création d’emplois nécessitera des années d’efforts constants, résolus et cohérents. Elle découlera d’une dynamique permettant de redonner aux entreprises les deux conditions de la croissance : la Compétitivité et la Confiance"

(cliquez sur l'image pour lire les 25 engagements du Medef)


Petit rappel pour les mémoires patronales de poisson rouge, le CICE c'est 108 milliards en 6 ans ... (à lire ici : Savez-vous combien coûte l'aide aux entreprises via le CICE et les autres exonérations ?)


.... et les exonérations de cotisations sociales c'est 270 milliards pour les 10 dernières années