• "Si je viens à mourir pour les idées que j’ai défendues toute ma vie, je ne veux pas que vous pleuriez, ni que votre cœur tremble"
  • "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde"
  • "A notre époque même une seule voix peut-être entendue partout dans le monde"
  • "Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres"
  • "Nous pouvons douter de tout, sauf de notre devoir d’être toujours au côté des humiliés qui luttent"
  • "Quand la France rencontre une grande idée, elles font ensemble le tour du monde"

La citation du dimanche [n°215] Yanis Varoufakis

“Je n’ai pas un mandat pour rendre plus pauvres encore un million ou deux de Grecs supplémentaires – pour faire une expérience sociale – alors que nous avons déjà quatre millions de citoyens qui vivent sous le seuil de pauvreté, juste pour voir à quelle vitesse nous remonterons la pente plus tard.”


Yanis Varoufakis
20 juin 2015

Défaillances d'entreprises, ça bouge ! Le meilleur chiffre depuis 2008

Pour ce mois d'août qui commence je me suis dit qu'il fallait remonter le moral des vacanciers partis à la plage ou ailleurs avec des idées noires du fait de la pérennisation de la crise en France et des chiffres toujours effarants du chômage.

Alors quand une éclaircie pointe à l'horizon autant essayer de la partager et d'en communiquer les éléments.

Comme régulièrement, Altares dresse un constat de la situation des entreprises et des défaillances enregistrées au fil des années, j'ai déjà par le passé eu l'occasion d'écrire à propos d'Altares qui travaille avec les données des tribunaux de commerce et relève les défaillances des entreprises enregistrées, que ce soit des TPE, des PME ou des groupes.

Mais venons en au sujet qui nous occupe, que dit Altares à propos des défaillances d'entreprises au cours du 2ème trimestre 2015 ?


"Le nombre de jugements d’ouvertures prononcés sur ces trois derniers mois retombe sous les 14000. A l’exception des mois d’été, du fait des vacances judiciaires, jamais ce chiffre n’avait été aussi faible depuis le printemps 2008."

Voila donc une excellente nouvelle qui confirme la perception que l'on peut avoir quand on s’intéresse un petit peu à l'économie. La reprise économique, même si elle n'est pas encore franche et consolidée, avance petit à petit et donc engendre un nombre moindre de disparition d'entreprises.

Pour les plus septiques voici les données recensées par Altares où l'on s'aperçoit que la baisse est assez sensible tant en nombre de défaillances que d'emplois concernés. En effet, les tribunaux ont prononcé 13400 ouvertures de procédures collectives au deuxième trimestre 2015, un nombre en très net recul de - 6,8 % par rapport au même trimestre 2014. 

Ainsi l'on constate que les redressements judiciaires ont baissés de 7,6% et les liquidations judiciaires de 6,5%



Toutes les tranches d'effectifs sont concernées par l'amélioration .... sauf les plus grandes entreprises.


Malheureusement on constate que la région île de France, principal gisement d'emploi en France, n'est pas encore concernée par le phénomène .... mais jusqu'à quand ? Il m'est avis qu'à partir du moment ou l'Île de France va rejoindre cette tendance alors l'impact sur l'emploi sera important. 

A la lecture de cette carte chacun aura noté les résultats exceptionnels de Midi-Pyrenées (-23,5%) et de la Bretagne (-25,8%) sans parler des autres régions dont la baisse oscille entre 10% et 15%.


 Le constat d'Altares est sans appel 

"Les TPE : ce 2ème trimestre 2015 marque un vrai signal d’amélioration (- 6,6 %). Le nombre de TPE défaillantes retombe à 12 400, au plus bas depuis début 2008 mais c’est encore un millier de procédures de plus par rapport à sept ans plus tôt."
• "Les PME de 10 à 49 salariés sont encore mieux orientées. Après avoir atteint un point haut au cours du 2ème trimestre 2013, au-delà de 1 100 jugements, la sinistralité était retombée sous les 1 000 procédures l’année dernière et passe désormais sous le seuil des 900 (-10%) ce 2ème trimestre 2015. C’est encore 150 de plus que lors du 2ème trimestre 2008."
• "Pour les PME d’au moins 50 salariés, les défaillances se stabilisent juste sous les 100 procédures, volume identique à celui constaté au cours du même trimestre 2008 et deux fois moins lourd que début 2009."

Pour terminer, voici l'évolution sur les 5 dernières années des défaillance d'entreprises :

La reprise économique n'en n'est qu'à ses prémices, notre pays n'est pas foutu, mais tout cela demande évidemment confirmation pour qu'enfin le chômage baisse durablement. Comptez sur moi pour suivre "le dossier" et vous faire part des évolutions futures.

Étonnamment je n'ai pas lu ni entendu le ministre en charge des entreprises évoquer cette statistique trimestrielle, pourtant favorable au gouvernement, sans doute Emmanuel Macron était-il affairé à s'occuper des lignes d'autocars et du travail du dimanche .... mais peut-être ai-je loupé son intervention ou celle de Manuel Valls.


Enfin pour conclure, en cadeau, voici l'étude complète et détaillée d'Altares. Enjoy !


La citation du dimanche [n°212] Pablo Neruda

"De la même façon qu'il en coûterait beaucoup aux gens raisonnables d'être poète, il en coûte beaucoup peut-être aux poètes d'être raisonnables. 

Cependant la raison gagne la partie et c'est la raison, base de la justice, qui doit gouverner le monde."


Pablo Neruda
J'avoue que j'ai vécu (1975)




La #radioblogueurs2015 : "Travailler plus" la chanson "gauchiste" de Tryo

Voici donc une jolie chanson de Tryo au texte bien acéré comme il faut. En clair dès la première strophe le ton est donné, c'est la fête de Sarkozy !

Chanson extraite de l'album "Ce que l'on sème" datant de 2008.








Voici les paroles.

On n’a pas voté pour travailler plus.

Je pensais avoir gagné mes 35 heures
Dur labeur que l’usine d’être ramoneur
Je suis le monde ouvrier, je suis l’agriculteur
Pas peur de travailler, marre d’être mal payé
Je pensais avoir gagné mes 35 heures
Je suis l’infirmière, je suis l’instituteur
Quarante élèves par classe, 
Les urgences qui n’ont plus de place
Les heures sup’ ça nous connaît, 
On n’a pas le choix et on les fait.

Mais qui a voté pour travailler plus
Pour gagner plus
J’ai pas décidé de travailler plus
Pour gagner.

Je pensais que le monde allait changer
Que le temps libre, être libéré, avait son intérêt
Les emplois des métiers d’avenir
Une économie d’écologie et de loisirs
Je pensais que le monde allait changer 
Que nos conneries nous avaient raisonné
Que le partage des bénéfices irait dans le sens de la justice
Y a du vice
Je pense trop mais je dois pas être trop con
Je l’ai bien vu le gros bateau qu’a acheté mon patron
Moi je joue au loto, 30 ans de crédit pour ma maison
Et si je lève le gros lot, je crois que j’arrêterais mon boulot.

On n’a pas voté pour travailler plus
Pour gagner plus
J’ai pas décidé de travailler plus.

Je pensais avoir milité pour une augmentation
Je voulais pouvoir emmener les gosses au parc d’attractions
Le vendredi après-midi, je faisais les commissions
Et le samedi et dimanche, je m’occupais des rejetons
Je pensais avoir milité pour d’autres horizons
Mais les échanges boursiers ne sont pas d’ mon opinion.

En vacances hors de France, le boss et mon patron
Ont décidé que les heures sup’ seraient ma destination.

Je pense qu’un jour, on va tous y venir
Le moment fatal de devoir réfléchir
Si l’homme et le travail sont unis à en mourir
Si comme des ânes on va bosser et ne rien dire
Je pense que le boss passe bien à la télé
Mais que l’avenir de mes gosses n’est pas dans ses idées
Que le temps, le vent, les amis, l’écologie
Font partie de la vie
Et c’est pour ça que j’ai pas choisi

De travailler plus 
Pour gagner plus
On n’a pas voté pour travailler plus



La radio d'été des blogueurs : "Sarkozy aussi" - #radioblogueurs2015

Voilà, il fallait bien que pendant cette période estivale je "rende hommage" à Nicolas Sarkozy, l'homme au mille affaires judiciaires en cours et au retour politique qui fait pschittt même auprès de ses propres sympathisants.

Pour cela je vous propose une vidéo pour rigoler puisque qu'il s'agit de "Sarkozy aussi" une parodie de la chanson de Fernandel "Félicie aussi" par P. Lenuage.

Des barres de rire ! 






La citation du dimanche [n°211] Jean-Luc Mélenchon

"Il peuvent toujours nommer Donald à l’Europe ; c’est quand même Picsou qui commande"




Jean-Luc Mélenchon
2 décembre 2014
Prix de la Presse Hebdomadaire Régionale
lors du grand prix Press-Club humour et politique 2015