"Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" - Paul Eluard

François Bayrou est éternel

Je vais commencer ce billet par une citation de François Bayrou le révolutionnaire de salon qui rejoint Emmanuel Macron :

"Généralement, les gens commencent révolutionnaires et finissent ministres. Moi, j’ai commencé ministre et je finis révolutionnaire"
5 décembre 2008 
Le Figaro.

Voilà, chacun sait depuis hier que le béarnais maire de la cité qui a vu la naissance du roi de France et de Navarre, Henri IV, a apporté son soutien à Emanuel Macron alias Gatsby le magnifique pour constituer un duo ni droite ni gauche bien au contraire, dont les Français raffolent tant ... dans les sondages. 

Je dis dans les sondages car il faut en effet se souvenir que le dernier centriste à avoir gagné l'élection présidentielle était Giscard en 1974 ... il y a une éternité .... 43 ans. Depuis, la droite et la gauche ont été choisies par les électeurs pour y porter un locataire de leur parti au palais.

Mais, en 2017, les Français sont ronchons selon les enquêtes d'opinion, ils en ont assez de la crise, du chômage, de la pauvreté, ont testé Sarkozy et Hollande sans succès à leurs yeux. Voilà donc qu'ils n'ont pas vraiment envie de la droite dont le candidat baigne dans une sombre affaire d'emplois présumés fictifs, pas envie non plus du PS (ils n'ont pas vraiment aimé le mandat de Hollande), ne se bousculent pas pour soutenir Mélenchon et sa gouaille, et rejettent les autres candidats d’extrême gauche ou souverainistes. 

Et puis, les voilà tentés par un pari sur Le Pen qui se la joue moins extrême droite  dans son expression publique que son père mais une fois le vernis ôté on sait qu'elle est vraiment comme son père. Mais de tout cela il n'en n'ont cure, ils veulent moins de chômage, plus de sécurité et rêvent d'une France repliée sur elle-même, seule au monde avec pour monnaie le franc et où une partie de la terre serait à nouveau l'Empire Français avec des templiers boutant hors de France les sarrasins et bien évidemment ils imaginent Marine Le Pen en impératrice.. Bref rien de tout cela est bien encourageant et n'est à souhaiter pour notre pays tellement ses choix économiques provoqueraient une catastrophe.

Enfin, voilà venu le petit nouveau anti-système mène campagne depuis septembre dernier j'ai déjà écrit sur ses discours aux phrases creuses, sur sa fameuse mesure trompeuse de suppressions des cotisations sociales, ses 60 milliards d'économies qu'il souhaite, son recyclage des idées de Bayrou

Et donc depuis hier on sait que Bayrou alias Modem sur courant alternatif, a décidé de soutenir Macron. Quelle belle affaire pour l'ex banquier d'affaires, voilà un homme de la old politique qui le rejoint comme avant lui l'avait fait des socialistes plutôt à droite du PS voyant en Macron le renouveau.

Vous noterez que le renouveau selon Macron passera par la suppression partielle de l'ISF et la suppression de milliers de postes de fonctionnaires dans le cadre du plan d'économies de 60 milliards, le genre de mesures que les socialistes rejettent quand la droite les présente .... mais pas quand c'est Macron. Amusant n'est-ce pas.

Pour en revenir à Bayrou, je dois vous avouer ma sympathie pour l'homme, depuis 30 ans il a toujours été empêtré voir embourbé dans le marécage du centre de la vie politique avec une certaine constance sans jamais se départir de son attitude ni changer son discours. Ça c'est plutôt sympa d'être fidèle à ses idéaux. Mais comme il faut bien vivre il allait à la soupe pour être ministre du centre dans un gouvernement de droite, député etc .... Ça c'est moins bien.

Depuis hier soir fleurissent sur les réseaux sociaux les déclarations anciennes de Bayrou sur Macron et franchement ça vaut une bonne tranche de rigolade tellement on se demande s'il ne nous prend pas pour des imbéciles.



Cette déclaration est à comparer à celles qu'il faisait en 2012 et notamment celle-ci .... avant de voter Hollande au second tour. Voyez comme en définitive il dit la même chose

4 février 2012 : "Si le programme de François Hollande était appliqué, la catastrophe arriverait. Comme j'ai prédit il y a cinq ans la catastrophe de Nicolas Sarkozy", avance le leader centriste dans cette interview. "J'ai lu attentivement le programme du PS. A chaque ligne il y a des promesses de distribution. (...) Comme si on n'était pas un pays en situation critique ! Au fond, c'est le programme de 2007 à quelques nuances près".

Bayrou est éternel et lors de chaque élection présidentielle on a droit à son petit jeu favori de l'hésitant suscitant ou non le désir chez ses adversaires et parfois partenaires politiques et si Macron était élu, son soutien politique lui assure sans doute un bon poste ministériel a moins que ce ne soit la présidence de l'Assemblée Nationale, quelques circonscriptions pour ses amis, juste de quoi constituer un groupe parlementaire et autres garanties et avantages partisans ici où là. parce que cher lecteur, la politique c'est ça aussi, des arrangements d'arrière salle contre des postes, des strapontins ici ou là. Ainsi va la vie.

Mais rassurez vous, on nous l'assure, les idées d'abord ! Blague à part, les convergences politiques entre Macron et Bayrou sont sans aucun doute importantes même si l'un est plus à droite que l'autre.


Lecture recommandée :


Partage:

Macron ? C'est elle qui en parle le mieux ... ou pas

Le candidat anti-système diplômé de l'Ena, inspecteur des finances, banquier d'affaires chez Rothschild, etc... prend cher. Natacha Polony a sorti la serpe et taille sévère.




Partage:

La citation du dimanche [n°263] Jean d'Ormesson #Macron

"Macron, c’est le grand flou ! Entre l’électeur de droite et l’électeur de gauche qui votent pour Macron, l’un des deux, forcément, sera cocu, mais toute l’intelligence de Macron est de faire croire à l’un que ce sera l’autre et inversement."

Jean d'Ormesson
Le Figaro
Le 20 janvier 2017


Partage:

Dépenses publiques : Pour battre Hamon, Macron fait du Fillon

Le 2 mars prochain, le candidat anti-système Emmanuel Macron, par ailleurs l'homme de la loi qui fait travailler les gens le dimanche et qui, pour rappel, est aussi à l'origine de la loi El Khomri, et  de plus qui est favorable au CETA alors même que tous les députés français PS au parlement européen ont voté contre ... va présenter au bon peuple de France son projet économique ou au moins ses orientations budgétaires ni de droite ni de gauche mais qui pencheront quand même d'un côté ... et il me semble que ça ne sera pas le bon !

Dans les rédactions, chacun se tient sur ses gardes attendant la bonne parole, les journalistes des Echos, de la Tribune, de L'Expansion, du Figaro éco, de Challenges, etc ... sont dans les startings-blocks pour ensuite nous inonder d'analyses fines ou pas sur les mesures économiques prévues par le nouveau messie de la vie politique française, l'homme "providentiel" adoré des CSP+ de l'ile de France, qui depuis maintenant six mois fait des discours aux phrases creuses dans tous ses meetings (à lire ici).

En matière de bonne parole, ces derniers temps Macron accumule les bévues et dit tout et son contraire et des conneries au kilomètre, ce n'est pas moi qui le dit mais Nicolas qui l'écrit sur son blog et il a bien raison, allez donc lire son billet ici




Mais bon revenons au sujet de ce billet car grâce au journal Les Echos l'on sait déjà que Macron a prévu de faire comme Fillon ou comme aurait fait Juppé et Sarkozy, c'est à dire qu'il va supprimer des postes de fonctionnaires pour faire des économies, la question est donc de savoir combien ?

Mais me direz vous comment puis-je le savoir ? Il suffit de lire Les Echos entre les lignes ... ou pas.

L'ancien ministre de l'Economie ambitionne de faire baisser sur le prochain quinquennat de 3 points de pourcentage le ratio des dépenses publiques par rapport au PIB, actuellement proche de 56,5 %. La masse salariale de l’Etat et les dotations aux collectivités sont les principaux gisements d’économies identifiés.  
3 points qui signifient environ 60 milliards d'euros d'économies. A un horizon plus lointain, l'objectif d'Emmanuel Macron est de faire descendre ce taux à 50 %. « La France est le mauvais élève en Europe dans ce domaine, elle doit retrouver sa crédibilité ».
Par conséquent le jeu va consister à deviner le nombre de postes de fonctionnaires que représente la masse salariale constituant un gisement d'économies identifiées, en posant une équation simple.

On a compris que passer de 56,5% à 53,5% de ratio de dépenses publiques par rapport au PIB représente 3 points de PIB soit, 60 milliards d'euros, et que par conséquent pour atteindre le ratio de 50% il faudra plus de 100 milliards d'économies .... comme le souhaite Fillon. Mais ça Macron vous dira que c'est pour plus tard, faut pas déconner hein il ne va pas dire tout tout de suite.


Donc, sachant que Fillon veut supprimer 500 000 postes de fonctionnaires en prévoyant 100 milliards d'économies, combien de postes supprimera, dans un premier temps, Macron avec 60 milliards économisés  ? Là est la question.

Macron comme d'autres sociaux-libéraux, n'a pas bien compris que cette politique mène à l'échec dans une période de crise économique et de chômage très élevé. Depuis 10 ans tous ceux passés au pouvoir ont voulu baisser la dépense publique et essayer des respecter les trop fameux 3% de déficit du traité de Maastricht qui engendre une austérité certaine puisque les impôts ont augmenté considérablement entraînant de fait une baisse du pouvoir d'achat et du revenu disponible car dans le même temps les salaires n'ont pas évolué en proportion. La course stupide à l'application d'une règle obsolète est payée par les Français et leur porte-monnaie.

Le moins que je puisse écrire est de constater que cette politique à la course sans fin et permanente aux réductions des déficits n'a pas été un succès électoralement et dans l'opinion tant pour Sarkozy que pour Hollande.




Certains électeurs de gauche s'illusionnent encore à propos de la nov'politique 2.0 que Macron mènerait s'il était élu, le retour sur terre risque d'être violent s'il arrive au palais.

Alors si vous êtes de gauche, un peu, beaucoup ou à la folie et que vous n'êtes plus du tout certain que Macron soit la solution pour vous et pour le pays, je vous invite vivement à regarder ce que prévoit Benoît Hamon le vainqueur de la primaire à gauche. 

Les propositions de Benoît Hamon, au contraire de celles de Macron, sont disponibles en un clic de souris ici :






(par exemple un extrait - cliquez pour agrandir)






Lecture recommandée : 



Partage:

La citation du dimanche [n°262] Benoît Hamon

"Avec le président, le débat aurait été plus rond. Là, ça va être moins feutré. On va entendre les impacts sur le bord de la touche."

"Valls est dépositaire d’un bilan et d’une ligne politique très largement responsable de la fracture qui s’est creusée au sein de la gauche. Qu’il s’agisse du burkini, de la déchéance de nationalité, de son discours sur les migrants, sur ces questions là, il a fracturé la gauche."


Le 1er décembre 2016




Crédit photo : Margot L'hermite




Partage:

L'échec de Montebourg et ... ma dernière primaire

Voilà, la démocratie a parlé et le choix des électeurs à la primaire à gauche est limpide, net et sans bavure, Benoît Hamon et Manuel Valls se retrouveront en finale. C'est pour moi une énorme déception car, au contraire de 2011, Arnaud Montebourg avait cette fois ci un projet bien ficelé, chiffré et intégrant nettement plus de sujets traitants de la question sociale grâce à l'apport programmatique des amis de Marie-Noëlle Lienemann. 

C'est donc un terrible échec car avec moins de 18% des suffrages, il est clair que Montebourg n'a pas su convaincre les électeurs par ses propositions. Je ne doute pas que l'analyse des causes de ce fiasco sera effectué par lui-même et ses plus proches collaborateurs. 

Échouer deux fois de suite à la primaire est quand même révélateur et je crains que pour Montebourg sa carrière politique nationale s'arrête là, sa personnalité ne plait pas suffisamment semble t-il et cela quel que soit le contenu du projet politique qu'il porte et ça, c'est très préoccupant.

Je suis tout de même étonné que les  électeurs de gauche ou supposé tel, aient préféré voter à plus de 31% pour un homme qui passent les lois par le 49.3, qui fait de l'identité nationale un thème de campagne, qui est adepte de la déchéance de nationalité quitte à "fabriquer" des apatrides, qui casse le code du travail avec la loi El Khomri, qui fait travailler les salariés le dimanche (loi Macron) to be continued .... 

Heureusement c'est donc Benoît Hamon qui a gagné avec un projet plus à gauche que quiconque dans cette primaire, c'est incontestablement un signe très inquiétant pour les tenants du social-libéralisme au sein du PS et de la gauche.

Si l'on en croit l'arithmétique des éditocrates des plateaux de télévision, Benoît Hamon devrait l'emporter dimanche prochain, je le lui souhaite.

Il est maintenant temps pour moi de me retirer et de laisser la place aux jeunes, la prochaine primaire aura lieu en 2021 et je ne vois pas d'autre souverainiste de gauche dans le paysage politique français de la même envergure politique que Montebourg. 

Merci à toi Arnaud, j'aurai passé 7 ans à te soutenir ici et ailleurs au sein du PS, j'ai rêvé à la victoire .... mais j'ai pleuré après la défaite.

Je continuerai sans doute sur ce blog à distiller mes imbécillités et point de vue sur la politique française car il y a parfois beaucoup à dire ... mais pour l'instant je n'en n'ai plus l'envie.





Partage:

25 raisons de voter Arnaud Montebourg dimanche 22 janvier



Voilà donc la courte campagne des primaires à gauche qui se termine et le moins que l'on puisse dire ou écrire c'est que le résultat n'est pas possible à déterminer aisément. Quel candidat vaincra ? 

J'ai bien entendu une idée sur la question et des ondes positives me portent vers un candidat bourguignon, petit-fils d'un boucher charcutier, un véritable homme du peuple qui s'est fait lui-même et qui a pour projet :

  • la mise en place d'un protectionnisme européen et français; 
  • la fin du laisser faire généralisé; 
  • la reprise en main de l'économie; 
  • la refonte de l' UE avec un nouveau traité de Rome;
  • la non ratification du CETA et du TAFTA;
  • la mise en application économique privilégiant le Made in France;
  • la mise en place d'une taxe carbone sur certains produits importés;
  • le vote d'une loi de séparation bancaire et d'interdiction des activités spéculatives; 
  • la suppression du CICE pour les grands groupes qui n'en ont pas besoin, pour un montant total de 10 milliards d'euros;
  • l'instauration d'une taxe exceptionnelle sur les profits des banques qui rapportera 5 milliards d'euros par an;
  • l'attribution de 8 milliards (venant du CICE) à la baisse de la CSG pour les classes moyennes et populaires au salaire de 2000€ par mois (voir ci-dessous) et 2 milliards à la réforme du Régime social des indépendants (RSI);
  • l'abrogation de la loi El Khomri (loi Travail);
  • l'augmentation du pouvoir d'achat des Français par une baisse de la CSG sur les catégories dont les revenus sont les plus faibles (moins de 2000€ par mois) et de la rendre progressive. Cela représente un gain de pouvoir d’achat mensuel de 102€ pour un Smic ce qui par an ets équivalent à un 13ème mois pour un smicard (1,7 millions de salariés concernés);
  • la création d'une mutuelle publique à 10 euros par mois; 
  • la création de 5.000 postes par an dans les hôpitaux; 
  • l'attribution de 80% des marchés publics aux PME implantées en France. Ce sont 80 milliards minimum de travail annuel pour l’appareil productif, et c’est le moyen de reconstituer ainsi la base industrielle du pays avec les impôts des Français;
  • la nationalisation d'un grand établissement bancaire français "si les réformes financières restent sans effet sur le financement de l'économie réelle"; 
  • l'amélioration de la situation des retraités en réglant la question des demi-part veuf/veuve, qui pénalise injustement leur pouvoir d’achat;
  • de réformer le RSI en proposant que l’Etat reprenne en main sa gestion pour redonner de l’oxygène aux entreprises notamment en indexant les prélèvements sur les revenus;
  • l'investissement de 100 milliards d'euros sur cinq ans pour la rénovation thermique des bâtiments et le développement des transports propres; 
  • la mise en place d'une 6ème république avec un septennat non renouvelable;
  • l'abandon du 49.3 sauf dans les cas de lois budgétaires;
  • de laisser le choix de fermeture ou non des centrales nucléaires à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN);
  • d'utiliser le décret "Made in France" pour protéger les intérêts stratégiques de l'Etat (nécessité d'une autorisation préalable de l'Etat pour les investissements étrangers dans les intérêts stratégiques du pays);
  • de redonner à la police et la gendarmerie les moyens adéquats en créant 12 000 postes;  

Voilà, vous venez de lire 25 des propositions d'Arnaud Montebourg que je vous ai sélectionnées, vous aurez remarqué au passage qu'il n'est pas question de projet fumeux irréaliste au coût exorbitant de 400 milliards d'euros comme le revenu universel, projet inconcevable pariant sur la fin du travail dans un pays aux 2200 milliards de dettes et au déficit budgétaire de 70 milliards par an. 

Il n'est pas question non plus d'un 49.3 citoyen qui s'il avait été mis en place aurait censuré les lois comme le mariage pour tous, l'abolition de la peine de mort, la loi Veil sur l'IVG, ... et je pourrai prendre encore d'autres exemples.

Alors, dimanche 22 janvier votez et faites voter pour Arnaud Montebourg, homme d'Etat qui ensuite rassemblera la gauche face à la droite et l'extrême droite pour gagner le 7 mai prochain.




Nota : Photo Margot L'Hermite



Partage:

Arnaud Montebourg : voici le projet pour gagner !


Afin de vous convaincre qu'Arnaud Montebourg est le candidat qu'il faut à la gauche pour la relever et se battre pour la victoire lors de l'élection présidentielle, je vous présente une sélection synthétique de ses propositions qui sont en ligne sur son site internet

ECONOMIE

 * Programme "pour une société du travail" chiffré à 24,4 milliards d'euros par an pour relancer l'économie et les investissements, dont milliards d'euros d'investissements dans les infrastructures (transport, haut débit). 
 * Le projet est fondé sur un taux de croissance moyen pour la période 2017-2022 de 1,9%, avec comme objectif un taux de chômage de 6,1% en 2022, contre près de 10% aujourd'hui. 
 * Il prévoit de faire passer le déficit public au sens de Maastricht de 3,4% du Produit intérieur brut (PIB) en 2016 à 2,5% en 2022. La dette publique passerait de 96,3% à 91,2% du PIB sur la même période.
* Loi de séparation bancaire et d'interdiction des activités spéculatives; 
* Nationalisation d'un grand établissement bancaire français "si les réformes financières restent sans effet sur le financement de l'économie réelle". 
* Création d'une banque d'encouragement au risque pour favoriser le cautionnement du crédit aux artisans, PME et start-ups; 
* Attribution de 80% des marchés publics aux PME implantées en France. Ce sont 80 milliards minimum de travail annuel pour l’appareil productif, et c’est le moyen de reconstituer ainsi la base industrielle du pays avec les impôts des Français.
 * Utilisation du décret "Made in France" pour protéger les intérêts stratégiques de l'Etat. Nécessité d'une autorisation préalable de l'Etat pour les investissements étrangers dans les intérêts stratégiques du pays.
* Refuser la ratification des traités de libre-échange que la Commission européenne négocie en notre nom et dans notre dos. C’est la fin du TAFTA et du CETA. 

 FISCALITÉ :

 * Suppression du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) "pour les grands groupes qui n'en ont pas besoin", pour un montant total de 10 milliards d'euros. 8 milliards d'euros iront à la baisse de la CSG (contribution sociale généralisée) pour les classes moyennes et populaires et 2 milliards à la réforme du Régime social des indépendants (RSI). 
 * Taxe exceptionnelle sur les profits des banques françaises, qui devrait rapporter 5 milliards d'euros par an. 
 * 10 milliards d’euros de réduction d’impôts aux ménages sur les 40 milliards alloués aux entreprises au titre du CICE. Ce CICE sera également mieux ciblé afin de favoriser les secteurs créateurs d’emplois.
* Améliorer la situation des retraités en réglant la question des demi-part veuf/veuve, qui pénalise injustement leur pouvoir d’achat
* Réformer le RSI en proposant que l’Etat reprenne en main sa gestion pour redonner de l’oxygène aux entreprises notamment en indexant les prélèvements sur les revenus. 


 TRAVAIL :

 * Abrogation de la loi Travail. 
 * Obligation de formation des chômeurs pendant 12 mois sur les 24 d'indemnités. Cette mesure sera financée par la formation et les entreprises devront accueillir les chômeurs en formation.
 * Renforcement de la présence des salariés dans les conseils d'administration 
 * Lutte contre "l'ubérisation" du travail en revoyant les statuts des autoentrepreneurs et des salariés des applications numériques. 
 * Encadrement du salaire des dirigeants de grandes entreprises, qui seront contraints d'augmenter les salaires de leurs employés s'ils souhaitent augmenter le leur. 
* Limiter les salaires des dirigeants des grandes entreprises en proposant que quand un patron décide de s’augmenter de 5%, il accorde dans le même temps la même augmentation à tous ses salariés.
* Augmentation du pouvoir d'achat des Français par une baisse de la CSG sur les catégories dont les revenus sont les plus faibles (moins de 2000€ par mois)  et de la rendre progressive. Nous aurons un gain de pouvoir d’achat de 400 à 1 200€ par an. Pour les salariés au SMIC, cela représentera un 13ème mois.
* Encourager le télétravail en proposant de défiscaliser le télétravail en incitant les entreprises à se réorganiser pour favoriser le travail à distance qui permettra aux Français de vivre là où ils le souhaitent, on réduira la pollution par les transports dans les grandes agglomérations, 





DEFENSE :

 * Porter le budget de la défense à 2% du PIB.
 * Lancement des études en vue de la construction d'un second porte-avions. 

 SOLIDARITÉ :

 * Création d'une mutuelle publique à 10 euros par mois. 
 * Création de 5.000 postes par an dans les hôpitaux. 
 * Micro-crédit de 5.000 à 10.000 euros pour chaque jeune ayant réalisé son service national (qui sera rendu obligatoire dans un cadre civil, humanitaire ou militaire pour six mois). 

 ÉCOLOGIE :

 * 100 milliards d'euros investis sur cinq ans pour la rénovation thermique des bâtiments et le développement des transports propres. 
 * Opposition totale à l'exploitation des gaz de schiste 
 * Création d'un fonds d'investissement public pour soutenir les entreprises françaises de production d'énergie renouvelable 
 * Laisser le choix de fermeture ou non des centrales nucléaires à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN)  

 ÉDUCATION :

 * Dédoubler les petites classes pour l’apprentissage des savoirs fondamentaux, en généralisant le travail en petits groupes.
 *  Les mêmes professeurs doivent suivre les mêmes enfants du CP au CE2.
 * Création d'un « maître des savoirs fondamentaux » qui suive les élèves de classe en classe pendant les trois premières années, du CP au CE. 
 * Mise en place d'une allocation pour l’autonomie des jeunes de 450€ mensuels qui sera versée sous conditions de ressources aux jeunes étudiants et en formation. Elle leur permettra de se consacrer pleinement à leurs études et réduira l’échec dans les études.

SOCIÉTÉ :

 * Réduction à 200 du nombre de sénateurs, baisse du nombre de députés et entrée au Parlement de 100 Français tirés au sort sur les listes électorales. Economie estimée : 300 millions d'euros par an.
 * Instauration du mandat unique de 7 ans non renouvelable du Président de la république, 


_______________________________________________________________________________
Toutes les propositions sont présentées et détaillées ici : 
_______________________________________________________________________________

Combien ça coûte ? Arnaud Montebourg est le seul candidat à avoir chiffré l'intégralité de son programme, le voici : 


(cliquez pour agrandir)



1er débat 



 2ème débat




Partage:

Primaire à gauche : un premier débat sans réelle surprise

Donc hier a eu lieu le premier grand raout télévisuel des concurrents de la primaire à gauche et chacun a pu apprécier ou pas les prises de position de son champion préféré. 

Personnellement je n'ai pas été déçu par Arnaud Montebourg qui je le pense, à démontré qu'il avait l’étoffe d'un présidentiable tout à la fois sérieux et compétent. Et encore ce n'était que le premier débat, vous allez voir la suite ....

Par contre j'ai trouvé que les candidats avaient du mal à exprimer et développer leurs idées dans un temps bien trop court. On n'aborde pas le sujet du "Made in France" en 1 minute 30 si on veut être sérieux et développer ses arguments et que dire du temps qu'il faudrait pour évoquer sérieusement la 6 ème république préconisée par Montebourg depuis 2001.

Pour le reste, je n'ai pas été trop surpris par les autres candidats, Valls faisant du Valls droit dans ses bottes notamment à propos du 49.3 pour la loi El Khomri, Peillon philosophant toujours autant, Hamon fidèle à lui-même en tant que partisan de la décroissance de l'emploi qui selon lui va disparaître, Pinel a bien défendu ses idées, de Rugy m'a donné l'impression d'être plus écolo-centriste que de gauche, quand à Bennahmias je dois reconnaître que c'est la seule surprise pour moi, il nous a fait son numéro de soliste qui mériterait d'être en première partie du spectacle de Gad Elmaleh et Kev Adams, il avait dû manger un clown à la cantine de TF1 avant le débat.

Comme on dit, la partie reste ouverte et je ne sais pas qui sera vainqueur au soir du 29 janvier prochain ... même si je peux exprimer, comme dirait les sondeurs, "un souhait de victoire", en faveur de Montebourg, 

Le prochain débat arrive vite puisqu'il se tiendra dimanche à 18h. 



Je vous propose de relire la déclaration d'Arnaud Montebourg expliquant les raisons de sa candidature ainsi que quelques clips vidéos de certaines de ses interventions.

"J'ai toujours été constant dans mes convictions et mes combats: contre les paradis fiscaux, contre l'austérité, pour une VIème République, pour le patriotisme économique, pour une Europe enfin au service des peuples.
J'ai l'expérience de l'État, je sais ce qu'on peut en faire, ou pas.
En cet instant, je pense aux ouvriers de Florange, à ces travailleurs précaires aux fins de mois difficiles, à ces professeurs des écoles, ces infirmières, cette France qui travaille ou voudrait travailler ; c'est pour vous que j'ai posé ma candidature. Je demande votre confiance pour écarter l'extrême droite, battre le candidat libéral brutal qu'est François Fillon, et unir les gauches.
Mon projet n'est pas un projet de gestion résignée, c'est un projet de transformation concrète et profonde du système économique et financier, politique et européen, pour reprendre en main notre destin et peser sur nos vies: la grande politique du Made in France, la relance économique et écologique, la sécurité sociale professionnelle, pour nous libérer du chômage de masse, la reconstruction de l'éducation nationale, de la santé, pour faire reculer les inégalités et la pauvreté, une République forte face au terrorisme, dans un pays meurtri, qui saura toujours défendre ses libertés.
Je veux être le président de la volonté et du courage; le courage de rebâtir la France, et l'Europe, avec vous."











Partage:

Bienvenue

Blog politique à temps partiel. Ici pas de langue de bois ni de phrases creuses mais plutôt le poids des mots sans complaisance et le choc des photos pour illustrer. Enjoy

La citation au hasard

Un billet au hasard ... ou pas

Comme Macron faites des discours creux avec le générateur de langue de bois

Hier soir avait lieu le premier "meeting" d'Emmanuel Macron, l'homme ni de droite ni de gauche bien au contraire, co...

Lettres recommandées

Copyright © A Perdre La Raison | Powered by Blogger

Design by ThemePacific | Blogger Theme by NewBloggerThemes.com